Dossier n°7294 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1996

Berthe Dor De La Souchère

Année de nomination : 1996
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Romuald Dor De La Souchère

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 18/11/1888
Date de décés : 01/12/1977
Profession : Profeseur de lycĂ©e, archĂ©ologue, conservateur du musĂ©e d’Antibes

Localisation Ville : Cannes (6400)
DĂ©partement : Alpes-Maritimes
RĂ©gion : Provence-Alpes-CĂ´te d’Azur

L'histoire

Romuald Dor de la Souchère habitait la Villa NoĂ©mie Ă  Cannes avec son Ă©pouse Berthe. Ce professeur de lycĂ©e Ă©tait aussi archĂ©ologue amateur. NommĂ© curateur d’un musĂ©e Ă  Antibes, il occupait ce poste lorsque les Allemands firent leur entrĂ©e Ă  Cannes en septembre 1943. La situation des Juifs de la ville devint alors dramatique. Juifs rĂ©fugiĂ©s de Paris, les LĂ©vitan vivaient au Cannet, non loin de Cannes, avec leurs deux fils âgĂ©s de seize et treize ans. Ils se dirent que le moment Ă©tait venu de se cacher et, pour assurer la sĂ©curitĂ© de leurs enfants, acceptèrent de s’en sĂ©parer. Des amis les mirent en contact avec le professeur, qui dĂ©cida d’hĂ©berger les deux garçons. Le plus jeune, Francis, vĂ©cut chez les Dor de la Souchère jusqu’Ă  la LibĂ©ration. L’aĂ®nĂ©, Jacques, fut transfĂ©rĂ© dans une autre cachette de crainte d’une dĂ©nonciation. Dans son tĂ©moignage après la guerre, Francis Ă©voque une vie paisible chez des gens qui le traitaient comme leur fils. Tant que la situation le permit, il se rendit rĂ©gulièrement Ă  bicyclette voir ses parents, qui eux aussi avaient trouvĂ© un asile dans la ville. Le professeur ne se contenta pas d’hĂ©berger l’enfant, il lui donnait Ă©galement des cours particuliers. Le 15 juillet 1944, Romuald Dor de la Souchère dit Ă  Francis : « Cette nuit va avoir lieu le dĂ©barquement tant attendu. Ne t’effraye pas. Nous irons Ă  la cave si besoin est, et nous avons du sucre et des pommes de terre pour quelques jours. » A l’aube, il Ă©veilla l’enfant, qui assista Ă©merveillĂ© au spectacle des centaines d’avions qui survolaient la ville. Francis retourna chez ses parents le lendemain.

Le 27 juillet 1996, l’institut Yad Vashem de JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Romuald Dor de la Souchère et son Ă©pouse Berthe le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
8 février 2016 17:06:41

Articles annexes

Aucun autre article