Dossier n°7295

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1997
Olga De Mahs
Année de nomination : 1997
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Localisation Ville : Nice (6000)
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

A partir du moment où les Allemands firent leur entrée à Nice le 9 septembre 1943, Olga de Mahs, une résistante de la ville, se consacra entièrement au soutien des organisations juives de secours. Ces organisations avaient exercé leur activité ouvertement quand la ville était sous contrôle italien mais leurs responsables avaient du se cacher ou fuir la ville à l’arrivée des Allemands. Un réfugié russe orthodoxe du nom de Rogowski coordonnait désormais les opérations assisté par Olga. Malgré les risques considérables et la tension perpétuelle, elle se chargea de trouver des refuges pour des milliers de Juifs hors de Nice, leur fournit de faux papiers d’identité et une somme d’argent pour subsister. Dans leur témoignage après la guerre, Henri Pohorylès et Raymond Heymann, à l’époque responsables des mouvements de jeunesse juifs, soulignent qu’Olga de Mahs avait assisté avec courage le réseau clandestin juif local auquel elle s’était pratiquement identifiée. Elle ne reculait devant aucun risque, allant jusqu’à transporter elle-même des armes et des munitions destinées à un corps franc de résistants juifs qui liquidaient des mouchards travaillant pour la Gestapo.

Le 22 août 1996, Yad Vashem a décerné à Olga de Mahs le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article