Dossier n°7296 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1996

Marguerite Cros

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 18/05/1911
Date de décés : 23/07/1984
Profession :

Localisation Ville : Nice (6000)
DĂ©partement : Alpes-Maritimes
RĂ©gion : Provence-Alpes-CĂ´te d’Azur

L'histoire

Le 1er dĂ©cembre 1943, les Ardity recevaient Maguy Cros, une amie, dans leur appartement de Nice. Soudain des agents de la Gestapo, accompagnĂ©s de miliciens français, firent irruption et arrĂŞtèrent toute la famille. Toutefois Maguy, bondissant de son fauteuil, avait eu le temps d’attraper la petite Ninon Naar, huit ans, et sa cousine Claude Ardity, deux ans. « Je suis la marraine de ces deux petites, je les prends en charge, je m’en occupe et personne n’y touchera » dĂ©clara-t-elle. Surpris par son audace, les nouveaux venus hĂ©sitèrent. Profitant de la confusion qui rĂ©gnait, Maguy se sauva avec les deux fillettes. Elle les conduisit chez ses parents – avec lesquels elle vivait – qui s’en occupèrent avec dĂ©vouement jusqu’en 1945, oĂą le père et la tante de Claude rentrèrent des camps. Les quatre autres membres de la famille arrĂŞtĂ©s ce jour-lĂ  Ă  Nice Ă©taient morts Ă  Auschwitz. La milice et la Gestapo Ă©taient sans doute au courant du geste de Marguerite (Maguy) Cros et la recherchaient activement. Le danger majeur qu’elle courait ne l’empĂŞcha pas de prodiguer chaleur et affection aux filles de ses amis juifs.

Le 27 août 1996, Yad Vashem a décerné à Marguerite (Maguy) Cros le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article