Dossier n°7342 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2015

Zsofia Ditroy Nendtvich

Année de nomination : 2015
Date de naissance : 03/03/1888
Date de décés : //
Profession :

Localisation Ville : Budapest ()
Département :
Région :

L'histoire

Zsofia Ditroy
Dans les années 1943-1945, la famille Ditroy habitait à Budapest en Hongrie. Le père dirigeait une clinique ophtalmologique. Le fils aîné Akos faisait son service militaire. La soeur aînée était mariée et vivait à Budapest. La mère Zsofia Ditroy élevait seule ses trois enfants, Jolan, Akos et Baling qui avaient entre 12 et 21 ans. Cette famille va héberger et sauver ainsi de la déportation la famille Bölcskei, Simon Meller, sa femme et leur fille Zsusza et une autre jeune femme juive au nom inconnu.

Les troupes allemandes envahissent la Hongrie le 19 mars 1944. Les Juifs sont obligés de déménager, de s’installer dans le ghetto et de porter l’étoile jaune. Le régent Horthy avait préservé jusque-là les Juifs hongrois de la déportation. La famille Bölcskei, Olga et sa fille Edith, la famille Meller, Simon et Zsuzsa se réfugient chez la famille Ditroy. Ils sont hébergés avec des faux papiers d’identité chez Zsofia Ditroy, afin d’échapper aux persécutions raciales. Les Ditroy vont accueillir une demi-douzaine de personnes, leur procurant des faux papiers fabriqués par le peintre Aurel Bernath, leur apportant nourriture et pourvoyant à leurs besoins quotidiens. Les Ditroy justifient la présence des réfugiés par leur soi-disant qualité de réfugiés de territoires déjà occupés par l’armée soviétique, ce qui en même temps rendait impossible la vérification des faux papiers.

Le 15 octobre 1944, les Allemands octroient les pleins pouvoirs à Ferenc Szalasi, le chef des « Croix Fléchées » et la terreur se déchaîne contre les Juifs en Hongrie. Suite à une dénonciation, quelques semaines plus tard, toutes les personnes se trouvant à ce moment-là chez Madame Zsofia Ditroy sont emmenées par les Croix Fléchées à leur siège d’arrondissement : Madame Olga Bölcskei, Madame Zsofia Ditroy, Jolan et Akos Ditroy ainsi que la jeune femme juive également hébergée chez les Ditroy. Simon Meller, informé de l’arrestation imminente réussit à s’enfuir la veille avec sa femme et leur fille Zsuzsa. Edith Bölcskei n’était pas chez les Ditroy au moment de la rafle et y échappe.

La jeune femme inconnue ayant cru à la promesse d’avoir la vie sauve au cas où elle avouerait posséder des faux documents est retenue et sera ultérieurement assassinée. Elle est séparée des autres personnes. Madame Olga Bölcskei s’acharne à nier avoir des faux papiers et finira par être relâchée le lendemain matin de l’arrestation.

Les Bölcskei survivront à la terreur et à la guerre chez Madame Zsofia Ditroy qui aura su faire traverser l’épreuve à ce petit groupe de Juifs persécutés avec un certain mépris du danger et des risques encourus par elle et ses enfants.

Le 6 octobre 2015, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Zsofia Ditroy.

Akos Ditroy, fils de la Juste

Akos Ditroy

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
12 janvier 2018 12:09:43

Articles annexes

Aucun autre article