Marie Massonnat
Année de nomination : 1997
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Mère de 3 enfants

Localisation Ville : Montcel (73100)
Département : Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

L'histoire

Soeur Marie MASSONNAT

Marie Massonnat, une veuve qui élevait seule ses trois enfants, avait une ferme au Montcel (Savoie). En 1941 elle recueillit Berthe Elzon, neuf ans, que ses parents, des Juifs parisiens, avaient décidé de mettre à l’abri hors de la capitale. Pour plus de sûreté, ils l’avaient équipée d’un certificat de baptême de complaisance, délivré par le curé de la paroisse proche de leur domicile, mais Marie Massonnat était au courant de la véritable identité de l’enfant. Les Elzon payaient une modeste pension pour couvrir les frais d’entretien. Berthe fréquenta l’école communale et apprit le catéchisme à l’école du dimanche. Dans son témoignage après la guerre, elle déclare que Mme Massonnat l’a traitée exactement comme ses deux filles. En septembre 1943, les Allemands occupèrent la région et multiplièrent les opérations de chasse aux Juifs et aux maquisards. Plusieurs Juifs réfugiés au Montcel furent arrêtés et déportés. Des soldats allemands et des miliciens français se présentèrent un jour chez Marie Massonnat pour arrêter un certain Marcel Massonnat, réfractaire du STO en Allemagne. Mère d’un garçon de vingt ans qui s’appelait lui aussi Marcel, Marie réussit à convaincre les Allemands qu’il s’agissait d’un homonyme et ils partirent sans fouiller la maison où elle cachait la fillette juive. Après la guerre, Berthe émigra en Israël mais resta en contact avec les Massonnat. Elle vint les voir en France chaque année et Marcel Massonnat de son côté, lui rendit visite à Jérusalem.

Le 13 mars 1997, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Marie Massonnat le titre de Juste parmi les Nations.




Mis à jour il y a 2 mois.