Marie Antoinette Ricard
Année de nomination : 1996
Date de naissance : //
Date de décés : 18/08/2004
Profession : Religieuse, infirmière

Localisation Ville : Tarbes (65500)
Département : Hautes-Pyrénées
Région : Occitanie

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 01 Juillet 1997

L'histoire

En 1942 Marie-Antoinette Ricard, en religion sœur Elizabeth, était infirmière à l’hôpital de Tarbes (Hautes-Pyrénées). Le directeur, Marcel Billières (q.v.) se montrait toujours disposé à aider les Juifs. Bon nombre se présentèrent à l’hôpital pour y demander asile. A sa demande, soeur Elizabeth leur trouvait des tâches fictives dans l’un ou l’autre service, et faisait passer les personnes âgées ou infirmes pour des malades. Anne Frajdenrajch avait été évacuée de Strasbourg en septembre 1939 avec son père. Après bien des tribulations elle frappa à la porte de l’hôpital. Sœur Elizabeth « hospitalisa » son père et engagea Anne pour s’occuper de lui. Lorsque la jeune fille lui confia qu’elle avait dû renoncer à son rêve d’étudier la médecine, les Juifs n’étant plus admis à exercer ce métier, la religieuse fit de son mieux pour transmettre un peu de ses connaissances à la jeune fille afin de lui faciliter la reprise des études à la Libération. Anne fut admise à la Faculté de médecine après la guerre et devint médecin à Paris. Pendant son séjour à l’hôpital elle fit la connaissance d’un autre réfugié, Willy Rickner, employé dans le service de chirurgie en 1942 et 1943, qui réussit ensuite à passer en Espagne. Plusieurs survivants rapportèrent que dès que des Allemands se présentaient pour fouiller l’hôpital, soeur Elizabeth faisait passer tous les Juifs qui ne maîtriser pas le français dans le service des tuberculeux; elle conseillait ensuite aux Allemands de ne pas trop s’approcher de ces malades contagieux… Dans son témoignage après la guerre, le docteur Anne Frajdenrajch écrivit que la religieuse vaquait à ses occupations avec un petit sourire aux lèvres et qu’elle était mue par pure conviction religieuse, sans chercher le moindre avantage personnel.

Le 9 décembre 1996, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Marie-Antoinette Ricard, en religion soeur Elizabeth, le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Les médias externes :







Mis à jour il y a 1 mois.