Dossier n°7509 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1997

Suzanne Pierre-Tschieret-Geringer

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 24/11/1905
Date de décés : //
Profession : Directrice administrative du pensionnat de jeunes filles « Beau Séjour »

Localisation Ville : Le Raincy (93340)
DĂ©partement : Seine-Saint-Denis
RĂ©gion : ĂŽle-de-France

Simone Pierre-Tschieret-Geringer Ă©tait la directrice administrative du pensionnat de jeunes filles « Beau SĂ©jour » au Raincy (Seine-Saint-Denis). Pendant l’Occupation, elle admit dix Ă©lèves juives dans son Ă©tablissement, en dissimulant leur identitĂ© au fonctionnaire municipal chargĂ© d’Ă©mettre les coupons d’alimentation aux Ă©lèves. Au mĂ©pris des lois anti-juives, elle embaucha Gisèle Dembak comme femme de mĂ©nage et la logea au pensionnat de septembre 1942 Ă  la LibĂ©ration. Gisèle et sa fille de onze ans, Anne, avaient Ă©chappĂ© par miracle Ă  la grande rafle du 16 juillet 1942 Ă  Paris et avaient pris un train de banlieue pour le Raincy, oĂą elles avaient une parente. Celle-ci les adressa au curĂ© de la paroisse, l’abbĂ© Nègre, qui les envoya voir Suzanne Pierre-Tschieret-Geringer. En octobre 1942 Anne fut convoyĂ©e en zone sud et placĂ©e dans la maison d’enfants crĂ©Ă©e par les Eclaireurs IsraĂ©lites de France Ă  Moissac. Suzanne dirigeait aussi la chorale de Beau SĂ©jour ainsi que les cours de secourisme et de puĂ©riculture de l’Ă©tablissement. Les pensionnaires juives prenaient part Ă  ces activitĂ©s, comme en ont tĂ©moignĂ© après la guerre Denise Kohn et Jacqueline Penne.

Le 16 février 1997, Yad Vashem a décerné à Suzanne Pierre-Tschieret-Geringer le titre de Juste parmi les Nations.

Mme Pierre tschieret Geringer, Comtesse GARRAN DE BALZAN

Dans la synagogue de Dijon le 22 juin 1997

Documents annexes

Article de presse - Le bien public du 15/08/1997 Article de presse – Le bien public du 15/08/1997
1 mai 2015 11:41:18
Article de presse - Le bien public du 24/06/1997 Article de presse – Le bien public du 24/06/1997
1 mai 2015 11:40:37
Article de presse - Le bien public du 23/06/1997 Article de presse – Le bien public du 23/06/1997
1 mai 2015 11:39:52
Article de presse - ActualitĂ© Juive du 16/02/2006 Article de presse – ActualitĂ© Juive du 16/02/2006
1 mai 2015 11:38:31
Article de presse Article de presse
1 mai 2015 11:37:31
Article de presse Article de presse
1 mai 2015 11:37:06

Articles annexes

Aucun autre article