Dossier n°7565 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Jeanne Cauquil

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 15/02/1920
Date de décès : 01/10/2006
Profession : Sans profession
    Localisation Ville : Albi (81000)
    Département : Tarn
    Région : Occitanie

    L'histoire

    Jeanne Cauquil vivait avec ses quatre jeunes enfants dans une spacieuse maison de sept pièces à Albi (Tarn). En octobre 1942 elle accueillit chez elle Lazare et Germaine Bercovici, dont elle avait fait la connaissance en 1937 alors que les deux familles étaient voisines à Aix-en-Provence. Lazare Bercovici, un médecin juif originaire de Roumanie, travaillait pour la compagnie de navigation Paquet. Sa femme et lui avaient sympathisé avec Jeanne, qui avait alors dix-sept ans. Après la défaite de la France, les Bercovici partirent s’installer à Guise (Aisne) où le docteur ouvrit un cabinet médical. Arrêté en 1941 sur dénonciation, il fut interné au camp de Compiègne. Grâce à l’intervention de nombreux habitants de Guise, dont le curé de la ville, il fut remis en liberté. Sa femme et lui durent pourtant quitter Guise où ils n’étaient plus en sécurité et finirent par arriver à Albi. Ravie de les revoir, Jeanne Cauquil-Farre leur offrit l’hospitalité chez elle. Le médecin soigna sa plus jeune enfant, un bébé prématuré. En 1943, Jeanne fournit une fausse carte d’identité à Lazare Bercovici qui put ainsi, après deux tentatives sans succès, passer en Espagne d’où il gagna l’Algérie pour s’engager dans les Forces Françaises Libres. C’est sous l’uniforme de l’armée du général de Lattre de Tassigny qu’il rentra à Albi après la Libération.

    Le 26 mars 1997, Yad Vashem – Institut International pour la mémoire de la Shoah, a décerné à Jeanne Cauquil-Farre le titre de Juste parmi les Nations.

    Article de presse du 11/09/1999Article de presse du 11/09/1999
    Invitation cérémonieInvitation cérémonie

     




    Mis à jour il y a 1 mois.