Dossier n°7584 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1997

Aristide Audi

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 02/01/1919
Date de décés : 20/04/2011
Profession : Epicier

Yvonne Audi Chataignier

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 20/09/1919
Date de décés : 14/03/2003
Profession : Epicière

Localisation Ville : Dolomieu (38110)
Département : Isère
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

L'histoire

Aristide Audi avait une épicerie à Dolomieu (Isère). En janvier 1943, la famille Lanzenberg, fuyant Marseille que les Allemands venaient d’occuper, vint se réfugier dans le village. Léon Lanzenberg en connaissait en effet le maire, qui avait été son commandant à l’armée. Avec son aide, Léon put louer une maison au village et s’y installer avec sa mère, sa femme Janine, leur fille de onze ans Anne-Marie, et la mère de Janine, Marthe Hensi. Quelques mois plus tard, un jeune cousin vint les voir et leur demanda de l’aider à rejoindre le maquis. Aucun des villageois ne voulut le renseigner, à l’exception d’Aristide Audi, lui même résistant. En janvier 1944, la Gestapo fit irruption chez les Lanzenberg. Seule Marthe Hensi était à la maison; les cinq autres membres de la famille s’étaient réfugiés chez Roger Audi (q.v.), le frère d’Aristide. Arrêtée, Marthe fut conduite à Grenoble. Elle réussit à s’échapper et revint à Dolomieu. Aristide et sa femme Yvonne fournirent de faux papiers aux Lanzenberg et les ravitaillaient deux fois par semaine sans demander de contrepartie. A partir de ce moment et jusqu’à la Libération, ils envoyèrent leurs protégés se cacher dans la forêt chaque fois que la présence de miliciens ou d’Allemands était signalée dans la région. Après la guerre les Lanzenberg restrèrent en contact avec les Audi et vinrent plusieurs fois leur rendre visite à Dolomieu.

Le 6 mai 1997, Yad Vashem a décerné à Aristide et Yvonne Audi le titre de Juste des Nations.

 

Roger Audi, Huguette Audi, Aristide Audi, Janine Lanzenberg, de dos journaliste de France 3

De dos journaliste de France 3, Janine Lanzenberg et sa fille Anne Marie, Yvonne et Aristide Audi

Documents annexes

Article de presse - Le Dauphiné libéré du 10/11/1997 Article de presse – Le Dauphiné libéré du 10/11/1997
23 mars 2017 18:17:44
Article de presse - Le Dauphiné du 8/11/1997 Article de presse – Le Dauphiné du 8/11/1997
23 mars 2017 18:16:54
Discours de la personne sauvée Discours de la personne sauvée
23 mars 2017 18:15:31
Courrier de Bourgoin-Jailleu_14 novembre 1997 Courrier de Bourgoin-Jailleu_14 novembre 1997
23 mars 2017 18:14:56

Articles annexes

Aucun autre article