Dossier n°7664A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1997

Emile Treyture

Année de nomination : 1997
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : retraité sans enfant

Félicie Treyture

Année de nomination : 1997
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : retraité sans enfant

    Localisation Ville : Orthez (64300)
    Département : Pyrénées-Atlantiques
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Emile et Félicie Treyture, des retraités sans enfants, vivaient à Orthez (Pyrénées Atlantiques). Ils hébergèrent le petit Jacques Intrator de l’été 1943 – il avait alors douze ans – jusqu’à la Libération. Ses parents, des Juifs allemands, avaient émigré en France dans les années trente et s’étaient installés à Paris. Cherchant asile pour leurs trois enfants et pour eux-mêmes, ils s’étaient adressés à l’organisation juive « OSE », qui avait trouvé ce placement à Orthez. Raoul Frédez, le cousin des Treyture, était parti à Paris en train chercher les enfants et avait hébergé les deux fillettes, confiant le garçon à Emile et Félicie. Il s’était également chargé d’inscrire les petits à l’école et de leur fournir des cartes d’alimentation. On avait dit aux voisins qu’il s’agissait d’enfants de Paris que leurs parents avaient envoyés dans le Midi par crainte des bombardements. Les gens d’Orthez les appelaient donc « les Parisiens ». Après la guerre, les soeurs Intrator quittèrent la France. Jenny partit vivre au Canada et Sonia en Israël. Resté en France, Jacques Intrator se rendit au moins une fois par an à Orthez voir ses sauveteurs, et ce jusqu’à sa mort.

    Le 16 juin 1997, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Emile et Félicie Treyture le titre de Juste parmi les Nations. 

     

    Documents annexes

    Article de presse - Sud Ouest du 03/04/1998Article de presse – Sud Ouest du 03/04/1998
    17 février 2019 11:10:43
    Article de presse - Sud Ouest du 01/04/1998Article de presse – Sud Ouest du 01/04/1998
    17 février 2019 11:10:03
    Invitation cérémonieInvitation cérémonie
    17 février 2019 11:09:22
    Article de presse - La République du 05/04/1998Article de presse – La République du 05/04/1998
    17 février 2019 11:09:02
    Article de presse - Echos Béarnais du 07/04/1998Article de presse – Echos Béarnais du 07/04/1998
    17 février 2019 11:08:16

    Articles annexes

    Aucun autre article