Dossier n°7835 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1997

Alfred Daumas

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 05/08/1910
Date de décés : 01/01/1997
Profession : Prêtre

Localisation Ville : Nice (6000)
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

L'histoire

Monseigneur Daumas Alfred en juin 1974
L’abbé Alfred Daumas (plus tard l’évêque Daumas) dirigeait à Nice le bureau des oeuvres sociales du diocèse. L’évêque Paul Rémond (q.v.) l’avait aussi nommé aumônier des syndicats ouvriers. Il était particulièrement préoccupé par la situation des Juifs et des réfugiés politiques et c’est pourquoi, en mai 1943, il coopéra activement avec Joseph Bass, un Juif qui avait fondé le réseau clandestin « Service André », dit encore « Groupe d’action contre la déportation ». Le père Daumas l’engagea comme conseiller technique et mit un bureau à sa disposition. Bass, qui avait pris le nom d’André Gart, put ainsi développer ses activités de résistant dans des conditions optimales. Il fabriquait de faux papiers d’identité, recevait des visiteurs et pouvait tenir des réunions dans son bureau sans éveiller les soupçons, tout au moins au début. Mais le 9 septembre 1943, les Allemands occupèrent Nice, et dès lors une activité aussi intense ne pouvait manquer d’attirer l’attention. Vers la fin du mois de novembre, la Gestapo fit une descente dans les locaux des Oeuvres sociales du diocèse pour arrêter « André Gart », lequel, par chance, se trouvait à Marseille. Ils arrêtèrent le père Daumas. Après de longues heures d’interrogatoire, le prêtre réussit à les convaincre qu’il ne savait rien du suspect. Remis en liberté grâce à l’intervention de Monseigneur Rémond, le père Daumas se précipita au monastère voisin des Jésuites et dépêcha l’un d’eux à Marseille pour avertir Bass, lui sauvant ainsi la vie. Il avait également sauvé de nombreux Juifs en leur procurant de faux papiers d’identité.

Le 5 novembre 1997, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Monseigneur Alfred Daumas le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Article de presse - Nice-Matin du 30/11/1995 Article de presse – Nice-Matin du 30/11/1995
16 janvier 2016 08:40:04
Article de presse - Actualité Juive du 09/05/1996 Article de presse – Actualité Juive du 09/05/1996
16 janvier 2016 08:39:08
Article de presse - Nice-Matin du 03/11/1997 Article de presse – Nice-Matin du 03/11/1997
16 janvier 2016 08:38:21

Articles annexes

Aucun autre article