Dossier n°7836A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Michel Blain

Année de nomination : 1999
Date de naissance : 29/09/1865
Date de décès : 07/08/1947
Profession : Prêtre, aumonier de l’école de Don Bosco

    Localisation Ville : Nice (06000)
    Département : Alpes-Maritimes
    Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

    L'histoire

    Le curé de l’Eglise Notre-Dame de l’Auxiliation à Nice, Michel Blain, était aussi aumônier de l’école de garçons Don Bosco. Située dans le bâtiment voisin de l’église, elle était dirigée par le Père Salésien Vincent Siméoni (q.v). Sous l’égide de Mgr. Paul Rémond (q.v.), cet établissement avait admis 12 élèves juifs préalablement « aryanisés » et munis de faux certificats de baptême, œuvre de l’abbé Blain. Au printemps 1944, deux miliciens en civil opérèrent une fouille systématique dans tous les locaux de l’école. Un ancien élève de Don Bosco, François Courtois, alors en salle d’études, voit encore la scène : « Ils se déplacèrent dans les allées en dévisageant chacun de nous. Ils firent sortir trois ou quatre camarades. Cette irruption de ces messieurs, cette sortie de ces élèves pour vérification aux toilettes d’une éventuelle circoncision, furent pour moi une totale révélation. » Aucun élève juif n’assista quant à lui à la scène, car le Père Siméoni avait eu le temps de les éloigner, et de les faire passer dans l’église voisine. C’est l’abbé Michel Blain qui les réceptionna pour les dissimuler dans des recoins cachés de l’immense crypte de son église. Les deux miliciens y poursuivirent d’ailleurs leur chasse aux enfants juifs et firent subir un long interrogatoire au curé, mais ils repartirent bredouilles. Aujourd’hui, le visiteur peut lire sur une plaque posée récemment : « Dans cette crypte […] des enfants et des adultes juifs furent mis à l’abri par les Pères Michel Blain et Vincent Siméoni. »

    Le 29 mars 1999, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à l’abbé Michel Blain le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Article de presse Article de presse
    Article de presse du 07/03/2000Article de presse du 07/03/2000
    Invitation cérémonieInvitation cérémonie
    Article de presse - Hebdo PACA 08/2003Article de presse – Hebdo PACA 08/2003

    Articles annexes