Dossier n°7862 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Ernest Blaise

Année de nomination : 1997
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : Secrétaire de mairie, mobilisé dans l’armée française
    Localisation Ville : Saint-Nectaire (63710)
    Département : Puy-de-Dôme
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Habitant à Rombas (Moselle) Ernest Blaise fut mobilisé pendant la guerre. En juin 1940, alors que son régiment allait être capturé par l’ennemi, il se sentit particulièrement menacé. En effet lors de la première guerre mondiale il avait franchi les lignes pour s’engager dans l’armée française et était donc considéré comme déserteur par les Allemands. Il expliqua sa situation au sergent André Schydlowski, son supérieur direct. Le sergent se montra compréhensif et, profitant du grand désordre qui régnait alors, favorisa sa fuite pour lui éviter de tomber aux mains des Allemands. Ernest Blaise rejoignit sa femme, enseignante à Saint-Nectaire (Puy de Dôme) où il obtint un poste d’employé de mairie. A la fin de l’année 1942, les Schydlowski comprirent qu’ils devaient trouver une cachette pour eux et leurs trois enfants. André fit appel à Ernest Blaise avec lequel il avait gardé le contact… Ce dernier l’invita aussitôt à venir se réfugier à Saint-Nectaire avec ses trois enfants. Il lui fournit de faux papiers d’identité et l’aida à trouver un logement. Il en fit de même pour Mme Wachsman, la soeur d’André, ainsi que pour son mari. Les deux familles juives purent ainsi survivre à l’Occupation, grâce au courage d’Ernest Blaise, qui pourtant risquait gros si ses activités avaient été découvertes.

    Le 24 novembre 1997, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Ernest Blaise, le titre de Juste parmi les Nations. 

    Documents annexes

    Article de presse Article de presse

     




    Mis à jour il y a 1 mois.