Dossier n°7872 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1997

Paulette Garnier

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 28/07/1912
Date de décès : 20/05/1983
Profession : agricultrice

René Garnier

Année de nomination : 1997
Date de naissance : 03/12/1906
Date de décès : 20/01/1970
Profession : Agriculteur

    Localisation Ville : Pons (17800)
    Département : Charente-Maritime
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Renée et Paulette Garnier étaient fermiers aux Roches, hameau isolé à la lisière de la commune de Pons (Charente-Maritime). En février 1944, Henri Lamusse, commandant de la gendarmerie locale, apprit que les Juifs des environs devaient être arrêtés le lendemain. Il connaissait bien deux familles juives, les Israël et les Meyer, qui avaient quitté Paris en 1939 pour s’installer à Pons où ils avaient loué une propriété. M. et Mme Israël vivaient avec leurs deux filles encore célibataires et la troisième, Suzanne, épouse Meyer, et ses deux enfants, Pierre, onze ans et Daniel, neuf ans. Henri Lamusse envoya immédiatement un messager prévenir ses amis et leur recommander de s’enfuir sur le champ. Toutefois les Israël, citoyens français depuis des générations et respectueux des lois, y compris de l’obligation de porter l’étoile jaune, n’avaient jamais imaginé qu’ils seraient un jour en danger et contraints de s’enfuir. Ils étaient tout à fait désemparés. C’est à ce moment qu’arriva René Garnier, venus leur livrer une commande de bois de chauffage. Ils lui demandèrent conseil. René Garnier invita immédiatement les sept Juifs à se réfugier chez lui, où ils furent chaleureusement reçus par Paulette Garnier et ses deux enfants, camarades d’école des petits Meyer. Le tout fut accompli dans le plus grand secret, car la voisine des Garnier était une collaboratrice. Au bout d’une semaine, René Garnier réussit à procurer de faux papiers d’identité à toute la famille, qui partit alors vers le sud pour se réfugier dans une région où personne ne la connaissait. Daniel Meyer devint plus tard le curateur du château de Versailles; il n’a jamais perdu le contact avec les enfants de ses sauveteurs.

    Le 24 novembre 1997, Yad Vashem a décerné à René et Paulette Garnier le titre de Juste parmi les Nations.

     

    Documents annexes

    Article de presse du 16/11/1998Article de presse du 16/11/1998
    1 mai 2015 11:28:41
    Article de presse - Bulletin municipal 1995  de PonsArticle de presse – Bulletin municipal 1995 de Pons
    1 mai 2015 11:28:08

    Articles annexes

    Aucun autre article