Pierre-Charles Toureille
Année de nomination : 1973
Date de naissance : 05/05/1900
Date de décés : 31/10/1976
Profession : Pasteur Théologien, délégué du COE « Conseil ?cuménique des Eglises

Localisation Ville : Nîmes (30000)
Département : Gard
Région : Occitanie

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Pierre Charles TOUREILLE

Le pasteur Pierre Charles Toureille était responsable à Lunel (Hérault) du bureau pour les réfugiés du Conseil œcuménique de Genève. Il était également vice-président du Comité de Nîmes, créé par le gouvernement de Vichy pour coordonner les activités des organisations humanitaires françaises et étrangères et faire des recommandations sur le statut des étrangers et notamment des Juifs. Le pasteur vint en aide à de nombreux Juifs. Cette assistance étant nécessairement secrète et sans documents, on ne connait que ceux, parmi tous les persécutés qu’il secourut, qui se sont manifestés après la guerre. Il aida notamment Robert Papst, un Juif né en Hongrie qui avait épousé en 1942, en France, une protestante de nationalité suisse. Il lui procura une fausse carte d’identité au nom de Parlier et l’embaucha comme employé de bureau. La Gestapo vint plusieurs fois contrôler les activités du pasteur au cours des années 1943 et 1944. Grâce à ses faux papiers, Robert Papst ne fut pas inquiété mais Pierre-Charles Toureille subit par sept fois des interrogatoires musclés de la Gestapo. Il sauva également la vie de la famille Sperber, d’abord en déclarant faussement qu’ils étaient protestants puis en leur trouvant un refuge, une maison abandonnée dans les Alpes, en Isère. Lorsque le couple, qui était démuni de tout, eut un fils en juin 1943, le pasteur vint une nouvelle fois à leur aide et leur envoya régulièrement de l’argent et du ravitaillement.

Le 6 novembre 1973, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné au pasteur Pierre Charles Toureille le titre de Juste parmi les Nations.

Plaque en honneur de Pierre Toureille

Arbre de Pierre Toureille dans le jardin des Justes parmi les nations à Yad Vashem




Mis à jour il y a 7 mois.