Dossier n°8261 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1998

Marius Pillière

Année de nomination : 1998
Date de naissance : 17/05/1886
Date de décés : 30/03/1966
Profession : Exploitant agricole

Marie Pillière Rolhion

Année de nomination : 1998
Date de naissance : 14/09/1898
Date de décés : 28/11/1967
Profession : Exploitant agricole, mère de 4 enfants

Localisation Ville : Vertolaye (63480)
DĂ©partement : Puy-de-DĂ´me
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

PILLIERE Marius & Marie
Marius et Marie Pillière exploitaient leur ferme de Lachamp, un hameau situĂ© dans la commune de Vertolaye (Puy-de-DĂ´me). Deux de leurs quatre enfants, faits prisonniers par les Allemands, demeurèrent en captivitĂ© pendant toute la guerre tandis que les deux autres vivaient Ă  la ferme. Le frère de Marie, Pierre Rolhion vivait dans une ferme voisine avec son Ă©pouse, EugĂ©nie et leurs trois enfants.Elu maire du village, Pierre, conscient du fait que ses Ă©tudes avaient Ă©tĂ© brèves, prĂ©fĂ©ra se contenter du titre de conseiller municipal. Au cours du printemps 1943, les Pillière hĂ©bergèrent David Szyfer, dix ans, tandis que la petite Martinette Kupfermunz, deux ans, Ă©tait recueillie par les Rolhion. Leurs parents, des Juifs de Belgique, s’Ă©taient enfuis en France Ă  l’approche des Allemands et avaient Ă©tĂ© internĂ©s au camp de Rivesaltes. Les enfants en avaient Ă©tĂ© retirĂ©s grâce Ă  une organisation juive, qui s’Ă©tait chargĂ©e de les placer. Dans son tĂ©moignage après la guerre, David raconte que dès son arrivĂ©e chez les Pillière il s’Ă©tait senti au paradis. TraitĂ© avec affection et chaleur, il fut mĂŞme protĂ©gĂ© par Marius des sĂ©vices d’un instituteur qui le gifflait souvent. Les Rolhion prodiguèrent leur affection Ă  la petite Martinette. Ils Ă©taient de fervents catholiques et firent de leur mieux pour dissimuler l’identitĂ© de leurs protĂ©gĂ©s. Le curĂ© eut beau insister pour faire communier David, excellent Ă©lève en catĂ©chisme, les Pillière refusèrent. Après la LibĂ©ration les enfants eurent la chance de retrouver leurs parents, qui avaient survĂ©cu. David correspondit pendant de longues annĂ©es avec ses sauveurs.

Le 11 novembre 1998, L’institut Yad Vashem de JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Marius et Marie Pililère et Ă  Pierre et EugĂ©nie Rolhion, le titre de Juste parmi les Nations.

Marie Pillière

Pierr. Eugène Rolhion Marius et Marie Pillière

Documents annexes

Article de presse - La Montagne du 30/05/2018 Article de presse – La Montagne du 30/05/2018
6 juin 2018 10:09:07
Article de presse Article de presse
8 avril 2014 11:25:24
Article de presse Article de presse
8 avril 2014 11:25:00
Invitation cérémonie Pillière Invitation cérémonie Pillière
8 avril 2014 11:24:32

Articles annexes