Dossier n°8273 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1998

Adrienne Laquièze

Année de nomination : 1998
Date de naissance : 01/11/1917
Date de décés : 06/06/2005
Profession : directrice d’une pension de famille

Localisation Ville : Beaulieu-sur-Dordogne (19120)
Département : Corrèze
Région : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

Adrienne Laquièze dirigeait une pension de famille qui appartenait à sa mère à Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze). En 1939, l’établissement fut loué aux Eclaireurs Israélites de France qui y logeaient des enfants évacués de Paris. Il s’agissait d’enfants de réfugiés juifs qui, dans leur détresse, se voyaient forcés de les confier à des œuvres caritatives. A partir de l’année 1942, les dirigeants des EIF commencèrent à envoyer à Beaulieu des enfants et des adolescents qu’ils avaient réussi à faire sortir des camps de Rivesaltes et de Gurs. Adrienne Laquièze, qui faisait partie de la Résistance, procura également des faux papiers et des cartes d’alimentation à ses pensionnaires quand ces derniers durent quitter l’établissement et se cacher à cause des rafles. Quand les EIF se mirent à tenter de faire passer clandestinement des enfants en Suisse, elle accompagna elle-même des petits groupes de jeunes pendant le long voyage en train vers la frontière helvétique, acceptant d’accomplir les missions les plus dangereuses.

Le 11 novembre 1998, l’instiut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Adrienne Laquièze le titre de Juste parmi les Nations. 

Plaque commémorative

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes