Dossier n°8330 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1998

Charles Herbault

Année de nomination : 1998
Date de naissance : 28/03/1913
Date de décès : 07/05/1977
Profession : Employé à la SNCF

Marthe Herbault Dufresne

Année de nomination : 1998
Date de naissance : 10/11/1913
Date de décès : 29/10/2011
Profession : Femme de ménage

    Localisation Ville : Dourdan (91410)
    Département : Essonne
    Région : Île-de-France

    L'histoire


     

    Marthe HERBAULT
    Charles et Marthe Herbault habitaient Dourdan (Val-de-Marne) avec leurs deux filles, Liliane, née en 1936 et Colette, née en 1938. Charles était fonctionnaire à la SNCF et sa femme faisait des ménages. En été 1942 le couple hébergea deux petits Juifs, Félix Grinberg, neuf ans, et son frère Charles, sept ans. Les enfants venaient de Paris où ils vivaient avec leurs parents et leurs trois frères et soeurs. En juillet 1942, M. Grinberg avait été arrêté et déporté avec son fils aîné, qui avait dix-sept ans. Ils ne revinrent pas des camps de la mort. Mme Grinberg fit appel à l’organisation juive OSE, qui trouva des familles nourricières prêtes à assumer la charge des deux garçons et des deux filles malgré le danger. Félix et Charles furent bien reçus et bien traités par les Herbault, qui s’en occupèrent jusqu’à la Libération, et les présentèrent aux voisins comme des cousins éloignés, que leurs parents envoyaient hors de Paris à cause des bombardements. Charles Herbault avait un jardin potager, ce qui lui permit de nourrir tout ce petit monde. A la Libération les enfants retrouvèrent leur mère, mais restèrent en contact affectueux avec la famille qui les avait sauvés.

    Le 31 décembre 1998, Yad Vashem a décerné à Charles et Marthe Herbault le titre de Juste parmi les Nations.

     

    Documents annexes

    Article de presse - Le parisien du 04/09/1999Article de presse – Le parisien du 04/09/1999
    29 juin 2015 09:00:45
    Article de presse - L'Echo du 08/09/1999Article de presse – L'Echo du 08/09/1999
    29 juin 2015 08:59:48
    Invitation cérémonie Invitation cérémonie
    29 juin 2015 08:58:04

    Articles annexes

    Aucun autre article