Dossier n°8419B - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1999

René Fournier

Année de nomination : 1999
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Fermier

Localisation Ville : Soudorgues (30460)
DĂ©partement : Gard
RĂ©gion : Occitanie

L'histoire

Agriculteurs Ă  l’Auguinière, commune de Landivy (Mayenne), Constant et Reine Chevris ont recueilli en 1943 un enfant juif de Paris, Georges Gutman, 12 ans. Ses parents, rĂ©fugiĂ©s de Pologne, l’avaient confiĂ© pour sa sĂ©curitĂ© Ă  une assistante sociale, Madame Mounier, qui le convoya jusqu’Ă  Landivy, Ă  la ferme des Chevris. Les placements d’enfants Ă  titre onĂ©reux Ă©taient chose courante dans ce village. Tel fut le cas du petit Georges. Pour une brève pĂ©riode seulement, car lorsque les Chevris dĂ©couvrirent la dramatique situation de l’enfant et de sa famille, « ils devinrent plus attentifs, puis vint l’affection », selon les propres termes de Georges. DĂ©sormais Ă  titre gracieux, l’enfant juif fut traitĂ© comme s’il avait Ă©tĂ© le fils de Constant et Reine. « Ils aidèrent mes parents restĂ©s cloĂ®trĂ©s Ă  Paris en leur envoyant des petits colis de beurre, Ă  vendre pour avoir du pain quotidien ». Georges frĂ©quentait l’école du village, Ă  3 km Ă  pied de la ferme, et connut la sĂ©curitĂ© et le bien-ĂŞtre chez les Chevris jusqu’Ă  la LibĂ©ration. Son petit frère Roland, 5 ans, avait Ă©tĂ© pris en charge par la famille Louis Colin, Ă  Landivy Ă©galement. Le directeur de l’école communale, Louis Derennes (q.v.), a veillĂ© lui aussi Ă  la sĂ©curitĂ© de Georges et d’autres Ă©lèves rĂ©fugiĂ©s juifs dans ce village.

Le 17 février 1999, Yad Vashem a décerné à Constant et Reine Chevris le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Article de presse - Revue Valeurs actuelles (suite) Article de presse – Revue Valeurs actuelles (suite)
11 décembre 2013 11:06:04
Article de presse - Revue valeurs actuelles Article de presse – Revue valeurs actuelles
11 décembre 2013 11:05:09
Invitation  cérémonie Chevris Invitation cérémonie Chevris
11 décembre 2013 11:01:53

Articles annexes

Aucun autre article