Dossier n°8515 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1999

Louis Couhé

Année de nomination : 1999
Date de naissance : 24/06/1889
Date de décés : 03/09/1979
Profession : Directeur de la Compagnie Air France Translatantique

Localisation Ville : Aix-en-Provence (13090)
DĂ©partement : Bouches-du-RhĂ´ne
RĂ©gion : Provence-Alpes-CĂ´te d’Azur

L'histoire

Louis CouhĂ© Ă©tait un ancien combattant de la Grande Guerre. NommĂ© en 1940 directeur de la Compagnie Air France Transatlantique, il replia le siège de la sociĂ©tĂ© Ă  Marseille après l’occupation de Paris par les Allemands et s’installa avec les siens dans la villa « La Pinède » Ă  Aix-en-Provence. Il y rencontra Sonia Boris, elle aussi rĂ©fugiĂ©e de Paris avec deux de ses fils, François et Michel, dans la citĂ© provençale. Son mari avait Ă©tĂ© camarade de combat de Louis CouhĂ© et, malgrĂ© son âge (49 ans), avait exigĂ© de reprendre du service en septembre 1939. Fait prisonnier de guerre en juin 1940, Boris ne bĂ©nĂ©ficia pas des libĂ©rations consenties aux anciens combattants, mais au contraire fut envoyĂ© dans un camp de reprĂ©sailles parce que son fils aĂ®nĂ© avait rejoint le gĂ©nĂ©ral De Gaulle. Dans la nuit du 22 au 23 juin 1943, la police fit une rafle de Juifs Ă  Aix-en-Provence, oĂą furent notamment arrĂŞtĂ©s un beau-frère de Boris, Henri Abraham, professeur au Collège de France, et sa fille ThĂ©rèse, qui allaient mourir en dĂ©portation. Louis CouhĂ© proposa alors Ă  Sonia Boris et ses fils Michel, 17 ans, et François, 16 ans, de les cacher. Après la tombĂ©e de la nuit, le 24 juin, il les introduisit le plus discrètement possible Ă  « La Pinède ». Les trois rescapĂ©s restèrent cloĂ®trĂ©s nuit et jour jusqu’Ă  la fin du mois, oĂą ils gagnèrent la Haute-Savoie. « Je n’ai rien demandĂ© Ă  Louis Couhé », a tĂ©moignĂ© Sonia Boris, « il avait d’instinct compris le pĂ©ril qui nous menaçait car nous ne pouvions pas continuer Ă  habiter au mĂŞme endroit et je ne savais pas oĂą nous mettre en sĂ©curité ».

Le 24 mai 1999, Yad Vashem a décerné à Louis Couhé le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
31 mai 2018 10:16:14

Articles annexes