Dossier n°8529 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1999

Germaine Duchauffour Rougies

Année de nomination : 1999
Date de naissance : 07/02/1914
Date de décés : //
Profession : Mère au foyer

Localisation Ville : Paris (75020)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

L'histoire

Germaine Duchauffour
« J’ai simplement aidé une famille juive à cacher ses 4 plus jeunes enfants (les aînés étant entrés en résistance), ceci par simple humanité », a expliqué Germaine Duchauffour à propos de son admirable sollicitude pour ses voisins, harcelés par la police. Elle habitait dans le quartier de Belleville à Paris et élevait ses trois enfants. Emigrés de Pologne, les Pejsakowicz ses voisins avaient huit enfants. Après le départ des aînés et leur traversée clandestine de la ligne de démarcation, la police s’obstina à les rechercher au domicile de leur parents. Ces derniers en conçurent de vives inquiétudes pour la sécurité de leurs cadets. Spontanément, Germaine Duchauffour proposa de leur trouver des lieux d’accueil loin de la capitale. En juillet 1942, elle se chargea elle-même de convoyer successivement Armand Pejsakowicz, 7 ans et son frère Henri, 8 ans, à Champtocé (Maine et Loire), où une famille amie avait accepté de donner abri aux deux enfants juifs. Avec l’aide de ses amis de Champtocé, Germaine trouva une famille d’accueil dans la même région, à Saint Germain des Près, pour Régine, 13 ans, et Marie, 11 ans, qu’elle convoya également, toujours à sa propre charge, les faisant passer pour ses deux filles. A Paris, Germaine Duchauffour veilla sur ses voisins juifs, cachés à leur tour. C’est elle qui faisait pour eux les emplettes indispensables, aux heures où la fréquentation des commerces était interdite aux Juifs. Longtemps encore après la guerre, des rencontres chaleureuses réunirent annuellement les deux familles, chacune enrichie de nombreux petits-enfants et arrières petits-enfants.

Le 2 août 1999, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Germaine Duchauffour le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Invitation cérémonie Duchauffour Invitation cérémonie Duchauffour
19 novembre 2014 09:45:21

Articles annexes

Aucun autre article