Dossier n°8618 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Georgette Philomène, Louise Permanne

Année de nomination : 1999
Date de naissance : 21/05/1913
Date de décès : 02/12/1981
Profession : Employée de maison, gouvernante

    Localisation Ville : Paris (75017)
    Département : Paris
    Région : Ile-de-France

    Lieu de mémoire

    L'histoire

    Georgette Permanne est entrée au service de la famille Crémieux comme gouvernante à Paris en 1931. Elle avait 18 ans. Au foyer de Claude Crémieux, elle devait s’occuper des deux enfants, Yves, 9 ans, et Marise, 4 ans. Une petite sœur, Françoise, naquit en 1939. Famille juive, les Crémieux subirent pendant l’occupation de nombreuses tribulations. Georgette quant à elle partagea leur sort sans jamais défaillir. Le 22 janvier 1943, alors qu’ils étaient réfugiés à Marseille, Claude Crémieux fut arrêté en gare par la Milice, puis déporté et gazé au camp d’extermination de Sobibor. Le reste de la famille et Georgette la gouvernante trouvèrent un refuge à Oppède (Vaucluse). Yves, le fils aîné, arrêté à son tour, réussit à s’évader et rejoignit un maquis. Nouvel exode de la famille Crémieux à la suite de cette évasion, jusqu’à Piscop (Oise). Tous étaient munis de fausses cartes d’identité mais, victimes d’une dénonciation, ils durent, par précaution, gagner une autre planque. C’est alors que Georgette Permanne parvint à affréter une camionnette bâchée et à convoyer les rescapés de la famille Crémieux à Paris. Pour chacun, elle trouva un refuge : la jeune Marise et sa maman, chez ses cousins, la mère de Claude Crémieux, chez sa couturière, et enfin la petite Françoise âgée alors de 5 ans et Georgette elle-même chez des amis d’enfance. Toutes vécurent la Libération à Paris. La jeune gouvernante avait tenu la promesse faite à Claude Crémieux de protéger sa famille.

    Le 10 août 1999, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Georgette Permanne, le titre de Juste parmi les Nations.

     




    Mis à jour il y a 10 mois.