Dossier n°8814 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Jacqueline Bidegorry Thibault

Année de nomination : 2000
Date de naissance : 18/03/1924
Date de décès : //
Profession : Sans profession

Gaston Thibault

Année de nomination : 2000
Date de naissance : 08/03/1893
Date de décès : 06/02/1964
Profession : Cheminot, SNCF conducteur locomotives

    Localisation Ville : Poitiers (86000)
    Département : Vienne
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Gaston Thibault était cheminot à Poitiers (Vienne). Avec sa fille Jacqueline, ils appartenaient au réseau de sauvetage mis en place par le Père Jean Fleury*. Ce réseau, résultat de la coopération entre le Père Fleury et le Rabbin Elie Bloch, apporta une aide vitale aux internés juifs du camp de la Route de Limoges, à proximité de Poitiers. Après l’arrestation du Rabbin Bloch en février 1943 et sa déportation à Auschwitz, le Père Fleury assuma seul la liaison entre les Juifs du camp et l’extérieur, en passant du courrier, des colis de nourriture et assurant l’aide aux malades. Il réussit à faire libérer des enfants et à les mettre en sécurité en zone sud où des familles d’accueil les hébergèrent. A plusieurs occasions, Gaston Thibault, un ami de longue date du Père Fleury, cacha dans le tender de sa locomotive des Juifs sortis du camp, dont deux petites filles convoyées ultérieurement à Lyon, pour les confier à des collègues sûrs. Il transmit aussi des documents et des faux papiers, sur instruction du Père Fleury. Jacqueline fit à plusieurs reprises le trajet à bicyclette jusqu’au camp pour remettre du courrier et des colis, relayée de l’intérieur par la complicité d’un gardien sympathisant à leur cause. Le Père Fleury lui confia aussi des faux-papiers qu’elle fit parvenir à Lyon, faisant l’aller et retour à plusieurs occasions, malgré le risque d’être porteuse de ces papiers compromettants.

    Dans un article publié en 1974 dans la presse locale, le Père Fleury évoque l’esprit d’abnégation et l’action intrépide de Gaston et Jacqueline Thibault pour mener à bien les opérations de sauvetage de son réseau.

    Le 7 février 2000, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Gaston Thibault et sa fille Jacqueline le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Article de presse du 01/05/2001Article de presse du 01/05/2001
    Article de presse du 19/05/2001Article de presse du 19/05/2001
    Article de presse - Le journal de Saint Palais du 29/06/2001Article de presse – Le journal de Saint Palais du 29/06/2001

     



    Documents et articles annexes :

    A voir : Interview sur France Bleue

    Mis à jour il y a 10 mois.