Dossier n°8845 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Georges Mazet

Année de nomination : 2000
Date de naissance : 18/06/1899
Date de décès : 31/05/1993
Profession : Médecin

    Localisation Ville : Nice (06000)
    Département : Alpes-Maritimes
    Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

    L'histoire

    Le Dr. Georges Mazet, installé à Nice depuis la fin de ses études de médecine, était praticien, chercheur et savant qui publia ses recherches dans de nombreux articles scientifiques. Ses intérêts d’ordre humanitaire s’accompagnaient aussi d’une grande piété. Ainsi maintenait-il des relations proches avec des personnalités de l’Église catholique. Sous l’occupation allemande, il s’engagea très tôt dans la Résistance, ce qui lui valut plusieurs décorations. Il n’avait de cesse de mettre ses compétences et son activité inlassable au service de tous ceux que les autorités pourchassaient, les Juifs en particulier. Il abrita souvent dans sa propre maison des enfants juifs dont les parents avaient été déportés ou eux-mêmes en danger de déportation, en attendant de leur trouver un placement. En liaison avec Mgr. Rémond*, evêque de Nice, il les confiait à des institutions religieuses, en particulier le Monastère « des Sœurs Clarisses », de Cimiez où il était médecin traitant. Il maintenait aussi des contacts avec les services sociaux de la communauté juive, l’O.S.E., le réseau Abadi, ainsi que d’autres filières clandestines susceptibles de trouver des abris en France ou en Suisse, comme en témoignent les nombreuses lettres de remerciement qu’il reçut après la Libération. Il redoubla ses activités de sauvetage quand la zone italienne passa sous contrôle allemand en septembre 1943, et la chasse aux Juifs prit un caractère très brutal. Mais Lisette Fall-Biret, âgée de 13 ans quand sa mère fut déportée en 1942, se souvient avoir bénéficié de ses bienfaits dès cette date. D’autres, tels Raphaël Rappaport, 11 ans, sa sœur Gilka, 7 ans, et Philippe Moch, 5 ans, se souviennent de leur séjour chez « les Clarisses » et les soins généreux du Dr. Georges Mazet dont le dévouement sans bornes, au risque de sa vie, leur valut de survivre à la guerre.

    Le 27 mars 2000, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Georges Mazet, le titre de Juste parmi les Nations.

    Article de presse - Nice matin du 29/11/2018Article de presse – Nice matin du 29/11/2018
    Discours de la fille de Georges Mazet le 18/12/2000 lors de la cérémonieDiscours de la fille de Georges Mazet le 18/12/2000 lors de la cérémonie

     




    Mis à jour il y a 10 mois.