Dossier n°9123

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2000
Margareta Tobler
Année de nomination : 2000
Date de naissance : 12/01/1915
Date de décés : //
Profession : Educatrice

Localisation Ville : Montégut-Plantaurel (9120)
Département : Ariège
Région : Occitanie

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

 Margareta Tobler, jeune jardinière d’enfants de nationalité suisse travaillait au château de la Hille, home créé par le « Secours suisse aux enfants » à Montégut-Planturel (Ariège). Le home avait recueilli plus de cent enfants et adolescents juifs réfugiés provenant d’Allemagne, coupés de toute relation avec leur famille. Parmi eux, deux fillettes, Inge Bernhard, 14 ans, et Toni Rosenblatt, 11 ans, avaient bénéficié de visas d’entrée en Suisse, valides jusqu’en décembre 1943. Dépourvues de la somme nécessaire pour payer le trajet en chemin de fer jusqu’à la frontière suisse et faute d’une autorisation de sortie de France, il leur était impossible de faire usage de ces visas. Mais Margareta prit la décision de se porter elle-même à leur secours. Elle se procura une somme de mille francs auprès de son oncle résidant en France et abandonna secrètement le château de la Hille  le 10 novembre 1943 aux petites heures du matin, accompagnée des deux fillettes. Bravant le danger d’un contrôle policier dans le train, elles firent le long voyage jusqu’à Annemasse afin de tenter de franchir la frontière en contrebande. Après deux essais périlleux et mouvementés, mains vains, l’intrépide jardinière d’enfants trouva refuge pour Inge et Toni et pour elle-même aux « Feux-Follets » à Saint-Cergues (Haute-Savoie), home patronné lui aussi par le Secours suisse aux enfants, sous la direction de Germaine Homel*. Mieux renseignées alors sur l’état de la frontière, c’est-à-dire sur le brêches de sa clôture facilitant le passage, Margarete Tobler et ses deux protégées arrivèrent en Suisse, saines et sauves, avant l’expiration des visas d’entrée. Parfaitement désintéressée, Margarete avait fait fi de l’interdiction prononcée par ses employeurs de faire passer illégalement en Suisse les enfants du home.

Le 21 novembre 2000, Yad Vashem a décerné à Margareta Tobler le titre de Juste des Nations.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article