Dossier n°9132 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Marie-Louise Delechenault

Année de nomination : 2000
Date de naissance : //
Date de décés : 14/01/1982
Profession : Religieuse

Yvonne Laurent

Année de nomination : 2000
Date de naissance : 27/04/1919
Date de décés : 28/01/2014
Profession : Religieuse

Localisation Ville : Lyon (69000)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

L'histoire

Marie-Louise DELECHENAULT

Mère Marie de Jésus, Marie Louise Delechenault, était la supérieure du couvent des « Petites Sœurs de la Sainte Enfance » à Lyon. En 1943, les religieuses accueillirent dans leur communauté une vingtaine d’enfants et de jeunes filles, ainsi qu’un groupe de huit adultes, tous juifs et pourchassés. Elles les hébergèrent, malgré la présence permanente de sentinelles devant l’immeuble occupé par les Allemands, juste en face du couvent. En liaison avec les institutions juives de la ville, les fugitifs séjournaient au couvent le temps qu’un refuge durable leur soit trouvé. L’une des protégées de la maison, Léa Henzel née Vaserman, y fut placée à l’âge de 8 ans, par les soins de l’OSE, après le décès de son père en 1940, sa mère étant dans l’incapacité de s’occuper seule de ses quatre enfants. Léa séjourna auprès des Sœurs pendant 5 mois en 1943, et a gardé en mémoire les soins attentionnés d’Yvonne Laurent, Sœur Louis de Gonzague. Avertie d’une perquisition allemande par les Pères Camilliens voisins, Mère Marie de Jésus eut la présence d’esprit d’évacuer du couvent, par la porte arrière du jardin, tous les Juifs cachés. Ainsi Léa fut-elle sauvée et hébergée plus tard par une famille d’accueil en Auvergne. Sœur Marie de Gonzague se distingua en particulier quand une petite fille juive de 9 ans, et son frère de 3 ans, quittèrent seuls le couvent pour se rendre à la Synagogue, lieu particulièrement surveillé. Sœur Marie de Gonzague partit à leur recherche, en habit civil, pour ne pas éveiller l’attention. Elle les retrouva à la Synagogue et réussit à les soustraire aux gardes, malgré les risques encourus. Le couvent assuma sa vocation de sauvetage jusqu’à la Libération.

Le 29 octobre 2000, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah,  a décerné à Marie Louise Delechenault – Sœur Marie de Jésus et à Yvonne Laurent-Sœur Louis de Gonzague le titre de Justes parmi les Nations

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie

 

Les médias externes :