Dossier n°9345 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2001

Jeanne Pinet

Année de nomination : 2001
Date de naissance : 22/09/1914
Date de décès : //
Profession : Sœur à la Congrégation chrétienne de Nevers

    Localisation Ville : Bordeaux (33000)
    Département : Gironde
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Jeanne Pinet, en religion Sœur Dominique, résidait à l’internat des filles géré par la Congrégation des Sœurs de la Charité de Nevers, à Bordeaux (Gironde). L’institution était spécialisée dans l’enseignement et l’instruction de sourds-muets de toutes confessions. Avant la guerre, Victoire Noémie Fresco, 19 ans, de parents juifs turcs, souffrant elle-même de surdité, y avait fait toute sa scolarité et Sœur Dominique avait été son enseignante. Le 10   janvier 1944, le jour de la grande rafle de Bordeaux, tous les Juifs de l’immeuble où les Fresco habitaient furent arrêtés, sauf Noémie, son frère Jacques, 15 ans, et leur mère. Ils réussirent à s’enfuir et, affolés, vinrent frapper à la porte de la Congrégation. Ils demandèrent à parler à Sœur Dominique et sollicitèrent son aide pour les héberger dans l’asile des orphelines sourdes-muettes. N’écoutant que sa conscience, elle accepta bien que mettant elle-même et les pensionnaires de l’institution en danger. Elle cacha les trois fugitifs dans l’infirmerie et les nourrit à titre gracieux. Elle leur prodigua toute son attention et ses encouragements et prit aussi contact avec des amis des Fresco, Marcel et Gilberte  Dumarchat*, membres de la Résistance, qui les munirent des faux papiers d’identité. Comme les rumeurs d’une perquisition imminente de l’orphelinat commencaient à circuler, les Fresco décidèrent de chercher une cache plus sûre. Les Dumarchat se proposèrent pour prendre le relais de Sœur Dominique et les accueillirent chez eux, le temps de leur assurer un refuge en Haute-Savoie où les Fresco virent la Libération.

    Le 7 mai 2001, Yad Vashem a décerné à Jeanne Pinet (Sœur Dominique) le titre de Juste des Nations.

     

    Documents annexes

    Article de presse - Sud Ouest du 11/12/2001Article de presse – Sud Ouest du 11/12/2001
    19 janvier 2019 12:47:45

    Articles annexes