Dossier n°9498 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2001

Gustave Tompa

Année de nomination : 2001
Date de naissance : 13/10/1901
Date de décès : 07/10/1979
Profession : Fourreur

    Localisation Ville : Brassy (58140)
    Département : Nièvre
    Région : Bourgogne-Franche-Comté

    L'histoire

    Gustave Tompa
    Gustave Tompa avait immigré de Hongrie et s’était installé dans les années 20 à Paris où il avait ouvert un atelier de fourreur. Il avait réussit à convaincre son meilleur ami, Samuel Fischer qui était juif, de quitter la Hongrie et de venir le rejoindre. Ils furent toute leur vie des amis inséparables. Samuel assista au mariage de Gustave en 1930 et ce dernier fut témoin au mariage de Samuel en 1931 ainsi qu’à celui de la fille issue de cette union, Liliane Fischer, en 1961. En 1943, les ressortissants juifs de Hongrie résidant en France devinrent la cible des déportations. Gustave Tompa qui avait installé sa famille à Vaussegrois, commune de Brassy (Nièvre) continuait à travailler à Paris. D’abord, il aida une famille juive, les Hertzog, et leurs deux enfants à trouver refuge au village. Par la suite, il mit à l’abri Liliane Fischer, 6 ans, et son frère, Georges, 12 ans, chez des agriculteurs hongrois dans l’Yonne puis à Vaussegrois. Le couple Fischer, resté à Paris, trouvait régulièrement refuge chez Gustave en cas de danger et Mme Fischer voyageait dans le métro avec la carte d’identité de Mme Tompa. Le 25 novembre 1943 au matin, alors qu’ils rentraient chez eux après avoir passé la nuit chez Gustave, une voisine attendait les Fischer à la station de métro et les prévint que leur appartement avait été perquisitionné pendant la nuit et qu’il était dangereux d’y retourner. Ils s’adressèrent alors à Gustave qui accepta de les héberger pendant trois mois, après lesquels il les convoyar à Vaussegrois. Là, M. Fischer présenté comme M. François, s’installa avec sa famille dans une petite maison. Il aidait aux travaux des champs alors que sa femme faisait des travaux de couture. La famille Fischer survécut à la guerre et attribua sa survie à l’aide de leur ami de toujours, Gustave Tompa.        

    Le 23 octobre 2001, Yad Vashem a décerné à Gustave Tompa le titre de Juste des Nations.

     

    Documents annexes

    Aucun document

    Articles annexes

    Aucun autre article