Dossier n°9507 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2001

Denis Fumat

Année de nomination : 2001
Date de naissance : 21/03/1909
Date de décés : 05/03/1988
Profession : Fermier

Julie Fumat Clergeau

Année de nomination : 2001
Date de naissance : 25/08/1911
Date de décés : //
Profession : Fermière

Localisation Ville : Chasteaux (19600)
Département : Corrèze
RĂ©gion : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

Denis et Julie Fumat étaient métayers de la ferme Lacoste, à Chasteaux (Corrèze). Ils y vivaient avec leurs trois jeunes enfants, le grand’père, le patriarche de la famille, et 2 frères, André, sur le point de se marier, et Adrien, célibataire. Leurs quatre voisins étaient pétainistes, tandis que les Fumat étaient communistes. Au soir du 2 septembre 1942, un homme blessé et couvert d’ecchymoses frappa à leur porte. Il demanda à parler au maire ou au curé, pensant trouver assistance auprès d’eux. L’homme se présenta: Paul Mandelbaum, Juif étranger demeurant à Mazamet (Tarn) et photographe de profession. Il venait juste de sauter du train qui le conduisait du camp de Saint-Sulpice vers la déportation et s’était blessé dans sa chute. Par chance Paul était tombé sur la bonne famille. Les Fumat lui déconseillèrent de s’adresser au curé ou au maire qu’ils savaient adeptes de la «Révolution Nationale». Par contre, ils invitèrent le fugitif à leur table, pansèrent ses plaies et lui offrirent le gîte dans une grange. Le lendemain, ils lui apportèrent le petit déjeuner. Ce rituel se répêta pendant 48 jours. André fit l’aller et retour Mazamet-Lacoste pour informer la femme de Paul, restée seule avec leur fils de 6 ans et sans nouvelles et ramener un ami porteur de vêtements et plus tard de faux papiers. Paul repartit pour se rendre dans une cache à Perigueux mais revint chez les Fumat durant une période de danger. Adrien laissa à la postérité un récit émouvant du sauvetage de Paul où il exprime le sentiment que «l’idéal du devoir accompli exalte d’enthousiasme nos sentiments de solidarité humaine».     

Le 11 octobre 2001, l’institut Yad Vashem de jĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Julie et Denis Fumat le titre de Juste parmi les Nations. 

Le témoignage

Szloma Mandelbaum est nĂ© en 1906 en Pologne et est arrivĂ© en France en 1931. Il s’y marie et s’installe Ă  Mazamet.

A la déclaration de guerre, il est engagé volontaire.

En 1942, il est arrĂŞtĂ© et internĂ© dans divers camps. Lors d’un transport en train, il saute mais se blesse gravement Ă  l’Ă©paule. Il parvient dans un hameau composĂ© de 5 maisons. Par un hasard extraordinaire, il frappe Ă  la porte de la seule famille communiste.

Au pĂ©ril de leur vie, la famille FUMAT cache M. MANDELBAUM d’abord chez eux, puis dans une grange pendant plusieurs mois

 

Documents annexes

Invitation cérémonie Invitation cérémonie
4 juin 2016 17:02:01

Articles annexes

Aucun autre article