Dossier n°9508 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Fernand Peyronnet

Année de nomination : 2001
Date de naissance : 22/03/1922
Date de décès : //
Profession : Agriculteur

    Localisation Ville : Festalemps (24410)
    Département : Dordogne
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Onze familles juives évacuées de Metz à Royan en novembre 1939 furent assignées à résidence un an plus tard à Festalemps (Dordogne), en zone occupée. Leurs enfants furent aussitôt intégrés à l’école du village. A la rentrée scolaire de 1941, Henri Neyrat, instituteur frais émoulu de l’Ecole normale, fut nommé à Festalemps. Sportif féru de football, il se lia d’amitié avec un tout jeune sportif du cru, Fernand Peyronnet, fils d’un agriculteur de la localité. C’est en juin 1942 que les Juifs furent astreints au port de l’étoile jaune. L’instituteur, fervent adepte des valeurs républicaines, rassembla tous les élèves pour leur expliquer le caractère odieux de cette mesure et les mettre en garde contre toute allusion ou geste désobligeants envers les porteurs de l’étoile. Lorsque parvint la nouvelle des ravages de la rafle massive des Juifs dite du Vel d’Hiv à Paris en juillet 1942, l’une des réfugiées juives, Anne Drabinowski, 17 ans, confia au jeune instituteur la décision de ses parents de chercher à franchir clandestinement la ligne de démarcation toute proche, vers la zone sud. Elle espérait trouver une aide en la personne de Henri Neyrat. Nouveau venu à Festalemps et peu familiarisé avec la topographie de la région, il mit la jeune fille juive en rapports avec son ami, Fernand Peyronnet. Très bien informé de tous les itinéraires du secteur et des parcours empruntés par les patrouilles allemandes, l’agriculteur sportif s’improvisa en passeur bénévole, empressé et virtuose. Opérant la nuit et portant les lourdes valises, Fernand conduisit le couple Drabinowski et ses trois enfants jusqu’à Riberac, en zone sud, à la fin du mois de juillet 1942. Au cours des semaines suivantes , il récidiva son exploit secret et sauva deux autres parmi les familles juives assignées à résidence à Festalemps. Cependant, dans la nuit du 8 au 9 octobre 1942, les membres de sept familles juives du village furent arrêtés par la gendarmerie. Ils n’ont pas survécu à l’Occupation. Fernand Peyronnet a écrit plus tard: « Je ne demande pas de remerciements de ce que j’ai fait à 20 ans, c’était pour des gens traqués et qui avaient peur, et j’avais le sentiment de participer à la lutte contre les nazis ».

    Le 11 octobre 2001, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Fernand Peyronnet le titre de Juste parmi les Nations.

    Le témoignage

    Alors jeune agriculteur, Fernand Peyronnet, vit à Festalemps en Dordogne durant l’Occupation nazie. Ce village est situé à quelques kilomètres de la Ligne de Démarcation. A l’école du village, plusieurs enfants juifs sont cachés et suivent les cours.

    Devant l’aggravation des dangers, avant les grandes rafles de 1942 et, avec la complicité d’Henri Neyrat, instituteur, Fernand met au point un circuit destiné à permettre le passage de la Ligne, pour la mise en sécurité à Ribérac distant de quelques kilomètres. Les départs se font tous à minuit et passent par les mêmes sentiers. De nombreux juifs ont pu bénéficier de son aide désintéressée, en particulier :
    – Salomon Bruski,
    – Famille Drabinowski (4 personnes)
    – Edmond Wrill
    – Chana Goldberg
    – Paul Loeb….. et d’autres.

    De plus, la famille Peyronnet a hébergé dans sa ferme la famille Berkowicz.

    Documents annexes

    Article de presse - Sud Ouest du 12/03/2003Article de presse – Sud Ouest du 12/03/2003
    Article de presseArticle de presse
    Article de presse - Figaro du 28/03/2003Article de presse – Figaro du 28/03/2003
    Article de presse - Devoir de mémoireArticle de presse – Devoir de mémoire
    Article de presse - Sud ouest du 23/07/2002Article de presse – Sud ouest du 23/07/2002
    Article de presse - Sud ouest du 15/03/2003Article de presse – Sud ouest du 15/03/2003
    Article de presse - L'actualité en DordogneArticle de presse – L’actualité en Dordogne
    PEYRONNET Fernand (Passeur)PEYRONNET Fernand (Passeur)

     

    Les médias externes :







    Mis à jour il y a 10 mois.