Dossier n°9719 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2002

Elie Galtier

Année de nomination : 2002
Date de naissance : 12/05/1909
Date de décés : //
Profession : Commerçant dans le cuir

Suzanne Galtier Amalric

Année de nomination : 2002
Date de naissance : 05/12/1913
Date de décés : 04/04/1997
Profession : Institutrice

Localisation Ville : Mazamet (81200)
DĂ©partement : Tarn
RĂ©gion : Occitanie

L'histoire

Elie & Suzanne Galtier
Elie Galtier était agent de commerce et sa femme Suzanne, institutrice. Le couple, de confession protestante, résidait à Mazamet (Tarn) et était sans enfants. En été 1942, un pasteur leur demanda d’accueillir et de cacher des enfants juifs sous leur toit. Ainsi hébergèrent-ils Nathan Spielman, un petit juif polonais de 4 ans, jusqu’à la Libération. Sa mère vint le rechercher à la fin des hostilités et le contact avec sa famille d’accueil fut coupé. En septembre 1942, les Quakers réussirent à extraire Hanna Unger, 7 ans, du camp de Rivesaltes avant la déportation de ses parents qui périrent à Auschwitz. Son père Adolf Unger, écrivain socialiste autrichien, avait fui Vienne en 1938 après l’Anscluss et, avec sa femme et sa fille, s’était réfugié en Belgique. Internés avec d’autres immigrés à la déclaration de la guerre, ils furent finalement expulsés en France et internés à Brens, Argeles et Rivesaltes. Quand les Quakers arrivèrent avec Hanna chez les Galtier, ils avaient précisé qu’il s’agissait d’un cas urgent. La petite était traumatisée et troublée par ses séjours dans les camps et la séparation d’avec ses parents. « C’était l’image même de la misère » se souvient Elie. Les Galtier lui offrirent la chaleur d’une famille. Ils scolarisèrent les deux enfants, changèrent leurs noms en Armand et Annie et s’en occupèrent pendant deux ans. Certains voisins et leur parenté étaient au courant de leur origine mais tous compatissaient à leur sort. A la fin de la guerre, les Galtier durent s’occuper d’un neveu orphelin et se séparèrent d’Annie. Elle continua ses périgrinations dans divers homes d’enfants et perdit la trace de ses sauveurs qu’elle ne retrouva que récemment. Elle leur a gardé une reconnaissance infinie.    

Le 6 mai 2002, Yad Vashem a décerné à Suzanne et Elie Galtier le titre de Juste des Nations.

Elie Galtier

Suzanne Galtier

Elie & Suzanne Galtier en 2002

Documents annexes

Discours de Hanna Unger Planat Discours de Hanna Unger Planat
30 novembre 2013 09:49:57
Cérémonie en l'honneur de Elie & Suzanne Galtier Cérémonie en l'honneur de Elie & Suzanne Galtier
30 novembre 2013 09:49:17

Articles annexes

Aucun autre article