Dossier n°9737

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2002
Jean Ferrari
Année de nomination : 2002
Date de naissance : 22/12/1895
Date de décés : 20/12/1971
Profession : Inspecteur des impôts

Jeanne Martin Ferrari
Année de nomination : 2002
Date de naissance : 26/08/1924
Date de décés : //
Profession : Collégienne

Marie Ferrari Delbast
Année de nomination : 2002
Date de naissance : 28/08/1891
Date de décés : 23/10/1989
Profession : sans profession

Pierre Ferrari
Année de nomination : 2002
Date de naissance : 04/10/1926
Date de décés : 20/09/2009
Profession : Collégien

Localisation Ville : Paris (75009)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Allée des Justes à Paris

Jean Ferrari, inspecteur des impôts, vivait avec sa femme et ses deux enfants, Jeanne, 18 ans, et Pierre, 16 ans, à Paris. Ils étaient farouchement opposés à l’occupant. Pierre faisait ses études secondaires au lycée « Rollin » renommé « Jacques Decour » et avaient trois camarades juifs : Emile Tenenboïm, Daniel Rabinovitch et Maurice Pfeiffer. Jean avait proposé de venir en aide, en cas de nécessité, à leurs familles qu’il fréquentait par le biais des enfants. Le 15 juillet 1942, suite aux rumeurs de rafles, les Ferrari offrirent le gîte à la famille Pfeiffer venue demander asile. Ils étendirent des matelas dans le salon pour la nuit. Le 24 septembre 1942, Pierre fut témoin de l’arrestation de la mère de son ami Emile, de nationalité roumaine, qui, emportée en autobus à Drancy, l’implora de la plate forme de sauver ses enfants, de nationalité française. Pierre se rendit en toute hâte à l’appartement des Tenenboïm et, avec l’accord de ses parents, ramena chez lui son ami Emile, son père, apatride, et sa sœur Rosette, 12 ans. Les Ferrari logèrent Emile et son père dans leur chambre de bonne du 6ième étage alors que Jeanne partagea son lit avec Rosette. Ils furent hébergés durant trois mois jusqu’à ce qu’ils trouvent des abris sûrs : le père à Paris, les deux jeunes dans l’Essonne. Pierre eut aussi le temps de ramener de leur appartement quelques effets personnels pour accommoder leur séjour. Le 24 janvier 1944, ce fut Daniel Rabinovitch que les Ferrari accueillirent. Protégés jusqu’à lors par leur nationalité britannique, les Rabinovitch étaient à leur tour menacés d’arrestation. Daniel resta caché chez les Ferrari cinq semaines durant lesquelles Pierre partagea son lit avec lui. Ses parents et sa sœur furent hébergés chez des amis. Les Ferrari ouvrirent généreusement leur logis à titre gracieux et on pris part au sauvetage de huit personnes en danger.        

Le 30 mai 2002, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah a décerné à Marie et Jean Ferrari et leurs enfants Jeanne et Pierre le titre de Juste des Nations.

Le témoignage

Jusqu’en 1944, les époux Rabaud et leurs deux enfants, juifs de nationalité britannique, ont réussi à échapper aux arrestations. Cependant, début 44, les autorités allemandes ont décidé d’arrêter également les juifs britanniques. C’est ainsi que le 23 janvier 1944, un inspecteur se rend au domicile des Rabaud, mais il accepte finalement de les laisser fuir.

Daniel Rabaud trouve refuge chez son camarade de 6ème, Pierre Ferrari. Jean et Marie Ferrari ont accueilli Daniel comme un fils pendant plus d’un mois et ce malgré les risques. Jean Ferrari, inspecteur des impôts, était fonctionnaire et donc particulièrement exposé.

Mais Jean et Marie Ferrari n’en étaient pas à leur premier accueil de personnes menacées. Ils ont, avec leurs deux enfants Pierre et Jeanne, donné successivement refuge à des membres de familles amies, les Tenemboïm, les Rabinovitch et le fils Pfeiffer, également dans la classe de Pierre.

Toutes ces personnes ont à des moments critiques trouvé la porte ouverte chez les Ferrari et c’est bien grâce à cette attitude héroïque que des descendants de ces familles sont parmi nous aujourd’hui.

Jean-Marie Ferrari

Marie Ferrari

Jeanne Ferrari

Pierre Ferrari

Documents annexes

MARTIN-FERRARI Jeanne MARTIN-FERRARI Jeanne
3 décembre 2011 17:27:48
Dossier 9737 - Ferrari; Articles de presse Dossier 9737 – Ferrari; Articles de presse
3 décembre 2011 17:27:32

Articles annexes

Aucun autre article




Mis à jour il y a 9 mois.