Dossier n°9998 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2003

Joseph Rasseneur

Année de nomination : 2003
Date de naissance : 29/06/1878
Date de décés : //
Profession : Fermier

Louise Rasseneur

Année de nomination : 2003
Date de naissance : 08/05/1885
Date de décés : //
Profession : Fermière

Localisation Ville : Courmont (2130)
Département : Aisne
Région : Hauts-de-France

L'histoire

Louise & Joseph Rasseneur
Louise et Joseph Rasseneur étaient agriculteurs-producteurs de vin à Courmont (Aisne). Leur fils marié exploitait une ferme voisine. En juillet 1942, ils accueillirent sous leur toit quatre petits garçons juifs, Maurice et Gadi Edelman, de 9 et 2 ans ainsi que Bernard et Jean Horyn. Ils les gardèrent jusqu’à la Libération. Leur père avait été arrêté en mai 1941, interné à Pithiviers et déporté par le convoi no. 4, à Auschwitz en juin 1942. Il y périt. Le 16 juillet au matin, le jour de la rafle du Vel’d’Hiv’, la police vint frapper au domicile des Edelman et arrêta la mère et ses deux fils. Par chance, ils furent relâchés car Gadi n’avait pas encore deux ans. La concierge de leur immeuble leur indiqua alors le nom des Rasseneur qui étaient prêts à cacher les enfants. Leur mère prit le train, accompagnée de ses deux fils et de deux de leurs cousins, résidant dans la même rue et menacés par le même sort. A la gare de Fère-en-Tardenois, Joseph les attendait. Il prit les quatre enfants en charge alors que Mme Edelman repartait. Ses fils ne l’ont revue qu’à la fin de la guerre. Accueillis chaleureusement à titre gracieux pendant deux ans, les garçonnets furent intégrés à vie de la famille et participaient à toutes ses activités. Joseph leur avait dit de se présenter comme les enfants de son neveu, prisonnier de guerre en Allemagne. Les gens du village devaient bien se douter de leur identité mais ne divulguèrent rien aux autorités. Maurice et Gadi qui regrettent de ne pas avoir gardé le contact avec leurs sauveurs, mais ont manifesté une grande reconnaissance pour leur bravoure et leur désintéressement qui leur ont sauvé la vie.  

Le 28 avril 2003, Yad Vashem a décerné à Louise et Joseph Rasseneur le titre de Juste des Nations.

 

Documents annexes

Article de presse - Le sud de l'aisne 10/11/2004 Article de presse – Le sud de l'aisne 10/11/2004
17 décembre 2014 09:15:03
Invitation cérémonie Rasseneur Invitation cérémonie Rasseneur
17 décembre 2014 09:14:09

Articles annexes

Aucun autre article