Ils avaient entre 2 mois et 5 ans...

None

Inauguration d'une stèle, Square Adolphe Chérioux, Paris 15e (Ph Georges Wojakowski / DR).



Ils étaient 17, si petits.
Ils ont été déportés,
sans retour...



Depuis le 13 novembre dernier, une stèle perpétue le souvenir des 17 "tout-petits" du 15e arrondissement de Paris, victimes de la Shoah, eux dont le plus bébé ne vivait que depuis 2 mois et dont les aînés n'avaient que 5 ans.

L'inauguration de ce monument a inspiré cet hommage que signe Charles Etienne Nephtali :- «Vite, vite, venez tous, venez tous voir, il y a plein de ballons blancs et bleus qui arrivent d’en bas, de la terre où on habitait il y a longtemps. Il y a même notre prénom et notre âge accrochés aux ballons » s’écrièrent Robert et Marcel, 5 ans, qui « étaient au ciel » depuis 67 ans déjà. Ils appelaient les 15 autres « tout-petits » qui étaient avec eux.

Oui, effectivement, « en bas », 17 élèves du Collège Georges Duhamel du 15ème arrondissement lisaient les noms des 17 « tout petits » Enfants Juifs, ces petites victimes innocentes et, à chaque évocation d'un nom, un ballon blanc ou bleu avec accroché ledit nom était lâché. Tous ces « tout petits » habitaient le 15ème arrondissement de Paris. Ils avaient, comme les 6.100 enfants Juifs de Paris et sa banlieue, été raflés avec leur Maman avant de commencer un effroyable et inhumain périple, le Vel d’Hiv, Pithiviers, Beaune-la-Rolande, Drancy, effroyable et inhumain périple qui s’acheva à Auschwitz dans les chambres à gaz et les fours crématoires où ils « rejoignirent » leurs Parents, comme on le leur avait « promis ». Mais ils les « rejoignirent » dans les cheminées des crématoires.

« Venez tous voir, il y a plein de monde en bas dans le parc où on n’avait pas le droit de jouer

Oui, effectivement, « en bas », nous étions plusieurs centaines à assister, par ce bel après-midi du 13 novembre, quelques heures avant l’entrée de Chabbat, à l’invitation du M. Bertrand Delanoë, Maire de Paris, de M. Philippe Goujon, Maire du 15ème arrondissement, de Mme Anne Hidalgo, 1ère adjointe au Maire de Paris, de Mme Catherine Vieu-Charier, adjointe au Maire de Paris, chargée de la Mémoire et du Monde Combattant et de Mme Suzanne Feldmann, Présidente de l’Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés du 15ème arrondissement et en présence de plusieurs personnalités, au dévoilement d’une stèle, la 1ère de l’Ouest parisien, à la mémoire des 17 « tout-petits » Enfants Juifs de cet arrondissement qui n’avaient même pas eu le temps de fréquenter une école, ces 17 « tout-petits » Enfants Juifs assassinés en Déportation."
 » s’écria à son tour Jacqueline, 5 ans. « Mais tu sais bien que Eliane ne sait pas encore marcher, elle a à peine 2 mois, Jean-Claude non plus, il n’a que 8 mois, Alain, Marcel, Myriam et Madeleine non plus, ils n’ont que 1 an» lui répondirent Denise, Simon, Gisèle, Solange et Bernadette, 4 ans……………et même Annick, 3 ans.

None Les personnalités rassemblées pour cette inauguration (Ph. Georges Wojakowski / DR).

- « Chut ! Taisez-vous, taisez-vous, écoutez, il y a une Dame avec des cheveux blancs qui dit qu’elle était avec nous et qu’ensuite elle était partie. Elle parle de nous en pleurant. Il y a un Monsieur et 2 autres Dames qui parlent aussi de nous » s’écrièrent « les plus grands » Jacqueline, Marcel et Robert 5 ans. « Et encore une grande fille qui lit quelque chose en pleurant, elle parle d’une petite fille et de sa poupée » ajouta Maurice, 5 ans. « Mais comment ils nous connaissent ? » questionna Bernadette, 4 ans.

Oui, effectivement, « en bas », Régine, l’infatigable Régine, elle-même « enfant cachée » grâce à des « Justes », nous présenta, très émue, des sanglots dans la voix, l’AMEJD du 15ème arrondissement ainsi que le pourquoi de cette manifestation avec des mots très difficilement soutenables. Le Maire du 15ème arrondissement, M. Philippe Goujon ainsi que Mme Anne Hidalgo nous rappelèrent ensuite ce que fut le drame de ces 17 « tout-petits » Enfants assassinés par des sauvages étrangers avec la complicité d’autres sauvages,…..Français, eux, avec à leur tête Pétain, Laval et Bousquet, ces « responsables qui ont sali la France » pour reprendre la très juste expression de Mme Anne Hidalgo ! A son tour, Mme Suzanne Feldmann nous relata son incroyable sauvetage ainsi que sa vie « d’enfant cachée », terminant par cette phrase qui résume tout :

« C’est grâce à un policier que je ne suis pas un nom gravé sur cette stèle ».

Tous les orateurs soulignèrent le courage de ces hommes et femmes qui, au péril de leur vie, sauvèrent beaucoup de Juifs. Quelle émotion, quel silence et que de larmes dans les yeux de l’assistance lorsqu’une jeune fille d’une quinzaine d’années, Julie Benegmos, toute de noir vêtue, nous lut, en s’interrompant à plusieurs reprises tellement elle était émue, la traduction d’un poème yiddish « Une poupée à Auschwitz ». Ce poème racontant l'histoire déchirante et insoutenable d’une gamine dans les bras de sa Mère que des barbares poussèrent dans la chambre à gaz avec sa poupée dans les bras, sa poupée avec ses tresses blondes et ses grands yeux bleus comme la gamine, sa poupée qui, quelques instants plus tard, se retrouva seule.................sur un tas de cendres.


« Regardez, ils sont en train de découvrir une grande plaque et ils mettent des fleurs à côté » dit Denise 4 ans. « On dirait qu’il y a des noms dessus » ajouta Jacqueline 5 ans.

Oui, effectivement, « en bas », le Maire et les autres personnalités dévoilèrent et fleurir une grande stèle portant les 17 noms, prénoms et âges de ces « tout petits »…..des plus jeunes, Eliane, 2 mois et Jean-Claude 8 mois, aux plus âgés, Robert, Marcel et Jacqueline, 5 ans, assassinés en Déportation. Ces malheureux enfants arrachés des bras de leurs parents, ces malheureux enfants qui, aux yeux de ces sauvages, avaient « commis le crime » d’être nés Juifs. Comme il est poignant de se rendre compte que deux enfants portaient le même nom de famille, Judkiewicz. Frère et sœur ? Cousins ? Cousines ?

Si vous aviez assisté à cette émouvante cérémonie, vous auriez pu voir sur de grands panneaux quelques uns des visages innocents et des sourires de ces « tout petits » Enfants ainsi que ceux d’une partie des 11.400 Enfants Juifs de France grâce à l’immense travail de Serge Klarsfeld, lui appartenant au « peuple martyr » et de sa femme Béate appartenant, elle, « au peuple bourreau ». Tous ces enfants qui partirent à Auschwitz pour ne jamais en revenir, pour y être assassinés de 1942 à 1944 parce que « nés Juifs ».

« Chut ! Taisez-vous, écoutez, il y a des enfants qui chantent en français et qui chantent aussi une chanson avec des paroles comme chantait ma Maman. Regardez, regardez devant, il y a aussi un petit garçon qui joue du violon » lança Jacqueline, 5 ans.

None

Les élèves du Collège Georges Duhamel (15e). Au violon : William Grynszpan (Ph. Georges Wojakowski / DR).

- "Oui, effectivement, « en bas », 80 élèves du Collège Georges Duhamel du 15ème arrondissement interprétèrent sous la direction de M. Laurent Grynszpan des chansons en français et en yiddish. Mais quelle émotion de voir le jeune William Grynszpan, 9 ans, les accompagner au violon ! Un véritable prodige, ce petit William !

Si vous aviez assisté à cette émouvante cérémonie, vous auriez pu voir et entendre tout cela comme les 17 « tout-petits » « virent et entendirent de là-haut ».

Mais si vous n'avez pu assister à cette émouvante cérémonie,
- provoquez l'occasion de passer par ce magnifique square Adolphe Chérioux, face à la Mairie du 15ème arrondissement,
- arrêtez-vous,
- recueillez-vous devant cette stèle,
- lisez les noms de ces 17 malheureuses petites victimes qui n’eurent même pas le temps de fréquenter une école. Ces 17 malheureuses petites victimes que des enfants, ayant actuellement l’âge où elles furent assassinées, pourraient aujourd'hui appeler Mamie et Papi.

Votre mémoire est leur unique sépulture, eux qui sont morts sans sépulture

ZAKHOR !"

(S) 
Charles Etienne NEPHTALI,
membre de l'Association des FFDJF.