Lazare Landau caché dans son bureau

Du 04/12/2015

 

L’historien Lazare Landau en 2007, à Strasbourg.Archives L’Alsace/

 

 

 

Sur le site du comité français de Yad Vashem sont résumés, en quelques lignes, les faits qui ont conduit cet institut et l’État d’Israël à décerner à Joseph Storck, à titre posthume, en 1998, la médaille des Justes parmi les nations.

En voici un extrait : « Joseph Storck avait dans son établissement une cinquantaine d’élèves juifs dont une vingtaine environ de nationalité française. Le proviseur prit l’initiative de munir les pensionnaires juifs étrangers de faux papiers d’identité et cartes d’alimentation […] Lorsque les Allemands occupèrent Limoges en novembre 1942, il convoqua dans son bureau Lazare Landau, un externe juif âgé de 14 ans. Il lui expliqua qu’en trahissant son appartenance juive par son aspect extérieur et son comportement, il s’exposait beaucoup plus au danger que si son apparence pouvait le faire passer pour “aryen”. Il lui proposa de le cacher chez lui. Les parents de Lazare, des Juifs ultra-orthodoxes de Strasbourg, qui n’avaient rien changé à leur mode de vie, rejetèrent l’offre par crainte de voir leur fils s’éloigner de la religion. En 1944, la milice fit irruption à l’école, à la recherche de juifs et de sympathisants de la Résistance. Joseph Storck prit le risque de cacher pendant toute l’opération Lazare dans un réduit attenant à son bureau. Ce n’est qu’après la Libération que Lazare découvrit qu’il n’avait pas été le seul élève juif du lycée de Limoges pendant l’Occupation. »

Lazare Landau (1928-2012) deviendra professeur d’histoire des religions à l’Université de Strasbourg, où Il s’illustrera comme spécialiste des relations judéo-chrétiennes.