Le lycée Alain-Fournier sur la trace des Justes

Du 21/12/2018

 

 

 

 

C'est une étape majeure (deux années) dont se rappelleront les 19 élèves du lycée Alain-Fournier qui ont participé, avec leur professeur Manuel Nérée, au projet «Juste Humains !» Ils ont mené leur enquête sur un couple de Justes mirandais, les époux Lacave, qui avaient caché Liuba Suganas et sa fille Odile de juin 1942 à août 1944. Les époux Lacave, des agriculteurs, habitaient alors une ferme à Mirande. Ils ont été reconnus «Justes parmi les nations» le 7 janvier 1996 pour avoir sauvé des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale sans contrepartie. Les 19 élèves du groupe iront leur rendre hommage au mémorial Yad Vashem lors d'un voyage du 20 au 25 janvier en Israël. Parmi les soutiens matériels et financiers de ce projet, la Fédération André-Maginot, la plus ancienne association à avoir apporté son soutien aux militaires en difficulté. Mardi après-midi, Denis Baret, président du groupement147 de la Fédération nationale André-Maginot (FNAM), a remis à Eric Bénard, proviseur, un chèque de 1.400 € de participation à ce voyage. Les jeunes ont aussi assisté à une remise de médaille de Justes, à Lavelanet, en Ariège. Ils ont aussi pu rencontrer Odile Suganas, qui leur a fait visiter la maison où elle avait été cachée, petite. Chaque élève a aussi été chargé de la rédaction partielle d'un chapitre d'un futur manuel scolaire qui racontera l'histoire des deux familles Lacave et Suganas, encadrés par leur professeur Manuel Nérée, qui a initié le projet. Les élèves ont mené de multiples actions pour financer leur projet. Cela s'est fait en parallèle à leurs activités scolaires. Eric Bénard, proviseur, a apprécié leur investissement dans ce projet qui complète leur programme scolaire.