Le village rend hommage aux Justes

Du 23/06/2018

 

 

 

 

Ce samedi 16 juin, au cours d'une cérémonie émouvante, le maire de Salviac Alain Faucon, entouré de son conseil et Francine Théodore Lévêque, déléguée régionale du Comité français pour Yad Vashem, ont inauguré un monument à la mémoire des Justes parmi les Nations : Berthe Fournier, Raymonde et Pierre Leglaive, tous trois de Salviac, Antonin et Pélagie Bargues de Marminiac, Louis Forestier de Lavercantière, enfin Adrienne et Elie Colombié, qui bien que non reconnus comme Justes faute de survivants, figurent sur ce monument pour honorer tous les anonymes qui, en véritables héros discrets, ont aidé des familles juives à survivre à la Deuxième Guerre mondiale : les Meynard qui ont permis à M. Lévy et sa fille d'échapper à la rafle de l'Hôtel de l'Univers, l'abbé Delbreil qui a apporté son aide pour le sauvetage de la famille Sirota, Louis et Marcelle Mommejat qui ont caché la famille Cymerman…

Le village des Justes

Les familles des Justes ont participé à la cérémonie, mais aussi les survivants des familles juives : Elisabeth Sirota sauvée par Berthe Fournier et la famille Bargues, la fille de Gisèle Cahen dont la mère a été sauvée par Berthe Fournier. Toutes les deux ont témoigné de leur attachement à Salviac «le village qui sauve» qui s'honore désormais du titre de village des Justes.

Cette cérémonie était présidée par le préfet du Lot Jérôme Filippini, en présence d'Aurélien Pradié député du Lot, de la sénatrice Angèle Préville, de la vice-présidente de la région Occitanie Marie Piqué, de Serge Rigal président du département et des deux conseillers départementaux Nathalie Denis et Robert Lacombe, du directeur de l'ONAC M. Parayre et du lieutenant-colonel Pierrard, délégué militaire départemental, des maires de la communauté de communes, des porte-drapeaux de Cazals et Salviac, des jeunes du conseil municipal jeunes.