Odette et Moussa, ces Justes qui sauvèrent 527 enfants juifs

Du 08/05/2015

 

 

 

 

 

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Moussa Abadi et Odette Rosenstock ont sauvé 527 enfants grâce au réseau Marcel. Fred Coleman, reporter américain en retraite, raconte l'histoire de ce couple français dans « Le réseau Marcel » (éditions l'Acropole).

Moussa Abadi, homme de théâtre, et sa compagne Odette Rosenstock, médecin, ont créé, en pleine guerre, le réseau Marcel, une organisation oecuménique dont le but était de cacher des enfants juifs. L'évêque de Nice, Monseigneur Paul Rémond qui fut reconnu « Juste parmi les Nations », à titre posthume, leur fournissait de faux papiers, un local et leur ouvrait les portes des institutions catholiques départementales. Les pasteurs protestants Evrard et Gagnier, eux aussi « Justes parmi les Nations », les dirigeaient vers des familles protestantes prêtes à héberger des enfants. Quelques bonnes volontés clandestines ont aidé ce réseau. Un peu comme dans le village du Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire et sa « colline aux mille enfants », à Nice on a sauvé  d'une mort certaine des centaines d'enfants juifs. Plusieurs rues, églises, temples et établissements scolaires gardent le souvenir de l'acte de résistance exemplaire de ce couple héroïque.  

C'est sur les conseils d'un ami américain que Fred Coleman s'est lancé dans la rédaction de son livre. Quand il était journaliste à Moscou, il a été très proche d'Andreï Sakharov et des dissidents soviétiques. Il fut frappé par leur lutte contre le régime répressif, par « leur courage, leur intelligence et leur sens moral ». Pour Fred Coleman, l'aventure des Abadi fait écho à cela: « Deux individus qui n'ont rien et qui luttent contre un régime répressif. Et  ils ont réussi à sauver 527 enfants. » Fred Coleman a rencontré d'anciens enfants cachés du réseau Marcel, des amis de Mgr Rémond, les familles des pasteurs Evrard et Gagnier, sans oublier, Jeannette Wolgust, devenue la meilleure amie des Abadi après la guerre.. Pendant l'occupation Odette et Moussa sont démunis. L'auteur explique : « Partager une cigarette est un luxe. (…) Face à la menace nazie de plus en plus forte, ils s'engagent. (…) cherchent des institutions catholiques, des familles protestantes pour cacher les enfants. ». En 1943, quand les Allemands occupent le département, Mgr Rémond leur a fourni de faux papiers au nom de Sylvie et Marcel Delattre.

Pendant 50 ans, les époux Abadi gardent le silence  de même que Monseigneur Rémond. Quand Jean-Marie Le Pen a qualifié le génocide des juifs de « point de détail de l'Histoire » ils décidèrent de témoigner. L'historienne Annette Wieviorka réalise une interview filmée de sept heures du couple Abadi. Les amis de Odette et Moussa ignoraient tout de cet acte de sauvetage exemplaire. 

Jean-Jacques Biton