Saint-Affrique. Remise de médaille et diplôme, la juste reconnaissance pour Blanche Rouve

 

 

 

C'est en présence de nombreuses personnalités, aux côtés de la famille de la future récipiendaire, que le consul régional du comité français Yad Vashem a remis, au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée devant la future plaque commémorative, à titre posthume, la médaille et le diplôme «des Justes pour les nations» à Blanche Rouve, représentée par sa fille Renée Ducros.

La plus haute distinction civile de l'état d'Israël qui honore ceux qui ont pris soin d'enfants. Blanche, alors que Mme Herszaft était partie accoucher à Toulouse, a gardé chez elle ses quatre enfants et a réussi à plusieurs reprises à leur sauver la vie. Le sénateur-maire Alain Fauconnier a évoqué la belle aventure et la rencontre avec René pour retrouver la trace de Blanche Rouve et rappelant les horreurs de l'Occupation il déclarait : «à vous qui passerez devant ces deux plaques commémoratives souvenez-vous qu'il y a 70 ans une simple femme de 25 ans a évité que 7 noms, dont 5 enfants, viennent allonger la liste de déshonneur». Tour à tour, les élèves des lycées Jean-Jaurès, Saint-Gabriel et Vaxergues rendaient hommage au courage de tous ceux qui se sont acharnés à sauver leurs semblables. Albert Setfer présentait l'institut Yad Vashem et la création en 1963 du mouvement des Justes. Israéla Péri Probstein, consul d'Israël à Marseille, procédait à la remise de la médaille des Justes à Renée Ducros en hommage à sa mère. Très émue la recipiendaire déclarait qu'elle n'avait pas oublié son geste mais jamais elle n'aurait pu imaginer que cette famille Herszaft se souviendrait des 5 années passées dans la ville. Elle souhaitait que les jeunes fassent tout pour que les droits et la liberté de chacun soient respectés. Après le témoignage d'Albert Herszaft, sa nièce, fille de René, déclarait : «C'est à cause des personnes comme Blanche que l'on a pu avoir un état d'Israël». En conclusion la sous-préfète Anne Ballereau faisait référence aux mots de Jean-Michel Ducros : «Ma grand-mère a agi tout simplement en harmonie avec son cœur et sa conscience». Et terminait par la citation inscrite sur la médaille des Justes.

source:http://www.ladepeche.fr/article/2013/04/23/1612213-saint-affrique-remise-medaille-diplome-juste-reconnaissance-blanche-rouve.html du 23/04/2013