Un panneau "Le Chambon-sur-Lignon, terre de Justes" crée une polémique

Du 01/09/2017

 

 

 

 

 

Le village est célèbre pour avoir hébergé près d'un millier de personnes durant la Seconde Guerre mondiale

Le village de Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire a déclenché une polémique en choisissant d'installer à proximité de son entrée un panneau touristique mettant en avant le titre de "Village des Justes" décerné par Israël en 1990.

Chambon-sur-Lignon est célèbre pour avoir hébergé près d'un millier de personnes et pour l'action de ses habitants qui ont aidé les Juifs menacés de déportation vers les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale.

La municipalité dirigée par Eliane Wauquiez-Motte a décidé - il y a une dizaine de jours - d'ériger dans un but touristique un panneau "Le Chambon-sur-Lignon, terre de Justes" en bordure de la N 88, principal axe routier de la Haute-Loire.

Cette initiative a créé la polémique notamment auprès des élus des villages alentour pour qui "le Chambon n'a pas été la seule commune à héberger des personnes durant l'Occupation".

Ce panneau va "à l'encontre de l'esprit qui animait les gens d'ici lorsqu'ils ont fait ça, avec modestie et humilité", a dénoncé Marianne Mermet-Bouvier, adjointe au maire de Mazet-Saint-Voy, citée par Le Parisien.

"Le texte me choque. Le Chambon n'est pas la seule commune qui a agi. On a accueilli partout, sur cette montagne" a-t-elle ajouté, se référant à la notion de "Montagne-refuge" utilisée pour caractériser l'accueil singulier des habitants de cette région située dans le massif central.

Les responsables de Chambon-sur-Lignon ont toutefois nié avoir voulu se réapproprier l'histoire des localités de cette montagne.

"Perpétuer la mémoire de ce qu'il s'est passé ici par un panneau nous a semblé logique, absolument pas matière à polémique", a expliqué Denise Valat, adjointe à la culture dans le village, selon les médias français.

"Si vous regardez bien le panneau, il est écrit 'terre de Justes', et non pas 'terre des Justes'. Cela veut dire que nous sommes une terre de Justes parmi les autres. Nous ne voulons pas nous accaparer ce passé", a-t-elle tenu à préciser.

En 1990, le gouvernement israélien reconnut toute la région et ses habitants comme "Justes parmi les nations" pour leur action humanitaire et leur bravoure face au danger.

Dans son discours lors de la remise de la médaille des Justes aux habitants du plateau Vivarais-Lignon, le pasteur Arnoux avait alors déclaré: "Si qui que ce soit tirait un profit personnel quelconque de cette histoire, l'esprit qui a régné ici serait trahi".