Le foyer refuge des époux Biewer, Justes parmi les Nations

 

Château de Haute-Maison, à Sucy-en-Brie (DR).

 

Rolande et Hélène Smil doivent la vie aux époux Biewer.

Léon Lazar Smil a quitté la Roumanie en 1930 pour une France qu'il espérait terre d'accueil. Comme de nombreux immigrés juifs de l'époque, il manifeste des dons comme artisan tailleur. 
En 1933, Léon se marie avec Neti. Le couple aura deux filles :
- Rolande née en 1935 et 
- en 1938, Hélène.

La petite dernière se révèle d'une santé fragilisée par une grave broncho-pneumonie. A tel point que l'air des villes lui est vivement déconseillé par les médecins. En conséquence, les parents qui ne peuvent - pour des raisons professionnelles - partir à la campagne, y recherchent une nourrice de confiance. La chance veut qu'ils trouvent Mme Biewer à Sucy-en-Brie. cette dernière est mariée et a elle-même une fille, Louise.

Survient la guerre. Son cortège de persécutions pour les juifs.
Le 24 septembre 1942, des policiers français arrêtent Neti Smil et sa fille, Rolande. Les Biewer l'apprennent et se rendent immédiatement au commissariat pour obtenir leur libération. Alors, du haut de sa toute puissance, un commissaire accepte de laisser partir Rolande mais retient Neti qui sera déportée à Auschwitz.

Léon Smil, lui, échappera aux rafles jusqu'en 1944 quand il finira lui aussi, par être mis en wagon à bestiaux pour Auschwitz.

De manière totalement désintéressée, Jean-Baptiste et Louise Biewer vont non seulement protéger les deux soeurs juqu'à la libération mais les sachant orphelines, ils vont les garder dans leur foyer jusqu'à leur mariage.

La cérémonie de reconnaissance - à titre posthume - de ces deux Justes parmi les Nations, s'est déroulée au Château de Haute-Maison à Sucy-en-Brie le mercredi 26 novembre 2008. Viviane Lumbroso et Paul Ejcherand représentaient le Comité Français pour Yad Vashem.

 

Le Parisien :

- "Jean-Baptiste et Louise Biewer ont recueilli et ainsi sauvé deux petites filles juives pendant la Seconde Guerre mondiale. Décédés depuis les années 1980, ils recevront néanmoins, ce soir, la médaille des Justes parmi les nations à titre posthume. Leur nièce, Jeannine Eustache-Biewer, réceptionnera, à leur place, cette distinction lors d’une cérémonie organisée dans la salle des mariages de Sucy-en-Brie, au château de Haute-Maison, en présence de Rolande Livartowski, l’une des deux petites filles sauvées. Rolande et sa sœur Hélène, aujourd’hui décédée, ont été recueillies par le couple Biewer en 1942."
(26 novembre 2008).