Mélanie Duprat : "Juste parmi les Nations"

hommage

Michel Lugassy-Harel a remis la médaille à Jean-Paul Duprat aux côtés des descendantes Frajtlowicz./Photo DDM, Ysabel.
A la mairie de Lectoure, une cérémonie afin de reconnaître à titre posthume, « Juste parmi les Nations », Mélanie Duprat, s'est déroulée le 15 mars. Le 16 décembre 2010, c'est l'archiprêtre Arthur Sentex qui recevait cette même distinction, à titre posthume également. Ces commémorations adviennent suite aux actes du colloque « Familles juives dans le Gers » organisé par la Société archéologique en 2008 à Auch et grâce à la ténacité des recherches entreprises par Geneviève Courtès qui publia un ouvrage, « Enfants juifs à Lectoure, 1939-1945 ».

Deux salles de l'hôtel de ville étaient pleines avec des membres des familles des sauveurs et des sauvés, les classes de 3e des deux collèges et de nombreux invités.

Le maire Gérard Duclos présidait la cérémonie, particulièrement ému : il a été le médecin de Mélanie Duprat et ne connaissait pas son histoire. Il a rendu hommage à « ces gens ordinaires qui ont fait des choses extraordinaires ».

Le docteur Albert Seifer, délégué régional du comité français pour Yad Vashem, expliqua les activités de quelques personnages qui ont aidé les Juifs dans le Sud-Ouest. Il apporta une parenthèse sur sa propre famille dont le père fut déporté puis revenu. Enfin Michel Lugassy-Harel, ministre des Affaires administratives de l'Ambassade d'Israël, remit la médaille en témoignage de gratitude et de reconnaissance à Jean-Paul Duprat, petit-fils de Mélanie. Indiquant que ces actes de bravoure sauvent la dignité humaine et la fierté de la France.

Le sous-préfet de Condom, Dominique Gilles, a célébré le courage et la volonté de certains à s'opposer à la résurgence de la haine.

Tous ont remercié le conseiller général Georges Courtès et son épouse. Jean-Paul Duprat a raconté l'histoire de sa grand-mère qui hébergeait et employait Henri et Denise Frajtlowicz. S'étant liée d'amitié avec cette dernière, elle lui a fait fabriquer une vraie fausse carte d'identité à son propre nom mais avec la photo de Denise Frajtlowicz afin que celle-ci puisse circuler à sa convenance. Parfaitement consciente des enjeux qu'elle encourait, elle est enfin reconnue aujourd'hui.

source: http://www.ladepeche.fr/article/2012/03/21/1310849-lectoure-melanie-duprat-juste-parmi-les-nations.html du 22/03/2012