Dossier n°10020A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Jules Barey

Année de nomination : 2004
Date de naissance : 24/12/1915
Date de décés : 08/07/2004
Profession : Inspecteur Principal à la Police Nationale

Localisation Ville : Antibes (06160)
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

L'histoire

Jules Barey

Raymond Mascarello et Jules Barey, tous deux âgés de 20 ans et quelque, résidaient à Antibes. Barey avait été grièvement blessé pendant la campagne de 1939-40 et hospitalisé pendant cinq mois. A sa sortie d’hôpital, il devint inspecteur de police. Son ami Mascarello était employé auxiliaire au service du ravitaillement de la mairie d’Antibes et, responsable de la distribution de titres de rationnement, il avait accès à tous les tampons officiels. Tous deux, résistants de la première heure, appartenaient au réseau « Rochat ». Ils travaillaient conjointement à l’établissement de fausses cartes d’identité et de titres de ravitaillement destinés à sauver de nombreux juifs traqués. MM. Gidali, Gribinsky et Fred, tous Juifs, ont bénéficié de leur aide. M. Marx se fit pratiquer une opération de chirurgie esthétique pour cacher un nez trop marqué. Mascarello lui procura une nouvelle carte d’identité avec sa nouvelle photo. Ils avertissaient des Juifs menacés des rafles imminentes, rendaient des services similaires pour protéger des réfractaires du STO et des résistants. Mascarello, lui-même requis pour le STO, plongea dans la clandestinité en mars 1944 et partit rejoindre le maquis. Auparavant, il avait fourni des renseignements et des plans du réseau téléphonique de la ville au réseau « Buckmaster », en vue d’un débarquement allié. Ils mirent aussi à l’abri des armes compromettantes destinées à la Résistance. Tous deux ont été décorés de la Médaille de la Résistance. Leurs actions de sauvetage leur ont valu la reconnaissance de nombreux Juifs qui grâce à leur courage avaient échappé à la déportation.

Le 4 juin 2003, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Raymond Mascarello le titre de Juste parmi les Nations.

Le 18 juillet 2003, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Jules Barey le titre de Juste parmi les Nations.

Le témoignage

Jules-Louis Barey était entré dans la Police comme Inspecteur en janvier 39. Il avait fait connaissance des époux Slisonsky qui exploitaient un studio de photos, où il se rendait parfois avec sa famille. A deux reprises, il leur a fait de fausses cartes d’identité. Mais il a également participé à l’établissement de nombreuses fausses pièces d’identité. Il a favorisé le départ de nombreux juifs pourchassés. En rédigeant de faux rapports et en faisant momentanément disparaître des pièces à charge, il a même réussi à en faire libérer de camps de concentration.

Exposition: Désobéir pour sauver

 




Mis à jour il y a 2 mois.