Dossier n°10242

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 2004
Pierre Moucot
Année de nomination : 2004
Date de naissance : 11/06/1906
Date de décés : 20/07/1982
Profession : Inspecteur de police

Localisation Ville : Villeurbanne (69100)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Pierre Moucot
Pierre Moucot était inspecteur de police à Villeurbanne, faubourg de Lyon (Rhône). En poste à son service depuis 1941, il a, dès cette date, exprimé à l’un de ses protégés juifs ses idées pro-gaullistes et son opposition au régime de Vichy et sa politique anti-juive. De nombreux témoignages ont attesté du fait que Pierre Moucot a fourni des fausses pièces d’identité à de nombreux Juifs pourchassés et qu’il les a avertis à temps des rafles imminentes les incitant à se cacher. Ceci leur permit de prendre les mesures nécessaires pour trouver un abri sûr. Ce fut le cas pour Max Jakubowicz, 20 ans, Juif originaire de Breslau réfugié à Villeurbanne. Il a aussi rendu de nombreux services à des prisonniers de guerre évadés des camps, des réfractaires du STO et des résistants. Membre de la Résistance, il a servi son réseau en fournissant des renseignements et des armes. Par ses actions, il a sauvé sans rémunération aucune la vie de nombreux Juifs qui lui ont exprimé leur reconnaissance dès la Libération.

Le 13 avril 2004, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Pierre Moucot le titre de Juste parmi les Nations.

 

Le témoignage

Max Jakubowicz a 12 ans en 1933 quand avec ses parents et ses 2 jeunes frères , âgés de 5 et 2 ans , il fuit Allemagne. La famille s’installe à Lyon où le père exerce le métier de tailleur.

Fin 1942, c’est l’occupation totale de la France par les Allemands : il n’y a plus de zone libre et la chasse aux juifs commence. L’occupant allemand, efficacement secondé par la police de Vichy, procède à de nombreuses arrestations. L’étau se resserre autour des juifs, il faut se cacher.

En octobre 42, Max Jakubowicz a la chance de rencontrer, par l’intermédiaire d’un ami, Pierre Moucot, alors inspecteur de police au Commissariat de Villeurbanne Charpennes. Ce dernier lui fournira non seulement des faux papiers, mais l’avisera chaque fois qu’il en aura la possibilité de l’imminence des rafles.

de l’inspecteur Moucot nous apprendra qu’il travaillait en collaboration avec l’Abbé Boursier et qu’il faisait parti du Réseau Alliance.

Les nombreux témoignages nous confirment son action exemplaire, son dévouement et son désintéressement : il a fabriqué des centaines de faux papiers pour des résistants et des juifs, il a hébergé occasionnellement chez lui des résistants et des juifs recherchés par la Gestapo et les a toujours spontanément prévenus de la probabilité d’une rafle, leur permettant ainsi d’échapper à l’arrestation et à la déportation dans les camps de la mort Son exemple montre qu’il était possible d’être fonctionnaire et de désobéir à des ordres indignes, il y avait d’autres solutions que la soumission. L’inspecteur Moucot a pris des risques certains, n’écoutant que sa conscience pour porter assistance à des personnes en danger de mort.

L’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à M. Pierre Moucot.

Mme Dina Sorek remet à sa belle-fille Mme Michèle Moucot la médaille et le diplôme d’honneur.

Exposition: Désobéir pour sauver

Documents annexes

Article de presse - Le magazine de Villeurbanne de septembre 2014 Article de presse – Le magazine de Villeurbanne de septembre 2014
4 janvier 2019 07:38:22

Articles annexes