Dossier n°10741 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2006

Auguste Chabrol

Année de nomination : 2006
Date de naissance : 05/06/1874
Date de décés : 28/06/1955
Profession : Ebéniste

Localisation Ville : Aubagne (13400)
DĂ©partement : Bouches-du-RhĂ´ne
RĂ©gion : Provence-Alpes-CĂ´te d’Azur

L'histoire

Augutse Chabrol
Edgar Zmiro était un homme d’affaires juif de Paris. En 1936, durant un voyage en Allemagne, il fut témoin des conditions de vie des Juifs et il revint à Paris inquiet pour la sécurité de sa famille.

En 1940, quand la guerre éclata, Edgar décida de déplacer sa famille à Aubagne dans les Bouches du Rhône. Il y acheta une maison isolée où il pensait passer la guerre en toute sécurité. Leurs seuls voisins étaient Auguste Chabrol et sa femme. Monsieur Chabrol était ébéniste et les deux hommes devinrent bientôt amis discutant tard dans la nuit d’un grand nombre de sujets, mais plus particulièrement de théologie.

En 1942, Edgar reçut une lettre anonyme qui s’avéra plus tard avoir été écrite par Mireille Lauze. La lettre le prévenait que toute la famille avait été dénoncée et que leurs noms avaient été donnés à la Kommandantur à Marseille.

Edgar se précipita immédiatement chez son voisin pour demander de l’aide. Auguste proposa de le cacher pendant que les autres membres de la famille se cachèrent chez des cousins de la femme d’Edgar qui n’était pas juive.

Auguste cacha Edgar pendant dix huit mois sous son établi qui mesurait plus d’un mètre de haut et deux mètres cinquante de large. Pendant toute cette période, Edgar ne sortit jamais sauf la nuit quand Auguste partageait un peu de nourriture avec lui et qu’ils passaient des heures à discuter ensemble. Auguste prit soin de son voisin sans rien demander en retour bien qu’il soit pleinement conscient de l’énorme danger représenté. Il ne parla jamais de son acte de sauvetage, même pas à son curé, bien qu’il soit catholique pratiquant. Grâce au courage d’Auguste, Edgar fut le seul de ses cousins à survivre à la guerre.

Après la guerre les familles Zmiro et Chabrol restèrent en contact pendant de nombreuses années jusqu’au décès d’Auguste en 1955.

Le 17 décembre 2006, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Monsieur Auguste Chabrol.

Documents annexes

Article de presse Article de presse
19 octobre 2017 14:42:23
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
19 octobre 2017 14:41:43

Articles annexes