Dossier n°11564 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Pierre Lebrun

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 08/06/1881
Date de décés : 15/05/1957
Profession : Boulanger

Marthe Lebrun Jamard

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 22/12/1888
Date de décés : 21/08/1960
Profession : Boulangère

Localisation Ville : Notre Dame de Cenilly (50210)
Département : Manche
Région : Normandie

L'histoire

Pierre LEBRUN en 1943
En mars 1943, deux policiers français recherchent une famille juive dans le 20ème arrondissement de Paris. Ne la trouvant pas, ils demandent à la concierge si d’autres Juifs habitent dans l’immeuble. Elle leur parle en toute innocence des Wolnerman. Isaac Wolnerman était modiste, émigré de Pologne dans les années 1920 et sa femme Frymeta était aussi d’origine polonaise. Le couple avait trois enfants, Rose née en 1925, Maurice né en 1926 et Denise née en 1936. Seuls Denise et Maurice étaient dans l’immeuble à ce moment-là mais après une perquisition poussée, les policiers repartirent sans rien trouver.

Peu après, Rose Wolnerman parla de cet incident effrayant à sa collègue de travail et amie non juive, Simone Jamard. Sentant le danger grandissant pour les Wolnerman, Simone Jamard se tourna vers sa mère Germaine, femme de chambre dans un hôtel et suggéra que Denise soit envoyée chez la sœur de Germaine, Marthe Lebrun. Germaine accepta et Rose accompagna Denise dans le village où habitaient les Lebrun à Notre-Dame-de-Cenilly dans la Manche. Marthe vivait avec son mari Pierre, leur fils Alfred, et leur nièce Christiane Jamard. Le couple, des Catholiques pratiquants, accueillirent Denise immédiatement.

La fillette avait une fausse identité, Denise Volner, et les Lebrun racontèrent à leurs voisins qu’elle était la petite-fille d’amis parisiens qui redoutaient que les bombardements mettent en péril leur famille. Denise allait à l’école et participait même au catéchisme. Seuls les adultes de la famille Lebrun ainsi que le curé et l’instituteur de Denise, savaient qu’elle était en vérité juive. Le danger de dénonciation était réel car les soldats allemands fréquentaient la boulangerie et le café tenus par les Lebrun. Ceux-ci s’occupèrent avec amour de Denise même pendant les combats qui se déroulèrent dans la région et les lourds bombardements de l’été 1944.

Quand Isaac Wolnerman reçut l’ordre de se rendre à la gare Saint-Lazare en mai 1944 pour le STO, sa fille Rose se tourna une fois de plus vers Simone Jamard qui persuada Isaac de ne pas se rendre à la convocation et demanda à sa mère de cacher deux personnes de la famille dans son petit deux-pièces au dernier étage d’un immeuble du 16ème arrondissement. L’appartement de Simone était trop petit pour accueillir quatre personnes. Il fut convenu que Frymeta et Maurice irait chez les Jamard, tandis qu’Isaac et sa fille Rose se cacheraient dans l’un de leurs deux appartements dans le 20ème arrondissement, laissant l’autre vide. La concierge, qui appréciait cette famille, accepta de diriger quiconque ferait des perquisitions vers l’appartement vide. Les deux moitiés de la famille ne se revirent pas jusqu’à la fin de la guerre. Germaine et Simone s’assuraient que leurs protégés n’avaient jamais faim malgré les restrictions alimentaires et la crainte que leur propre concierge les dénonce aux autorités allemandes.

Isaac continua à travailler comme modiste, évitant fréquemment d’être arrêté quand il s’aventurait dehors pour apporter à des clients non juifs leur marchandise. Dans son témoignage après guerre, il souligna la chaîne d’amitié et de bonne volonté que ses collègues et connaissances avaient déployée pour lui et sa fille pendant tout le temps où ils avaient été cachés.

En août 1944, Paris fut libéré et peu après, Simone Jamard renvoya Denise chez sa famille. Denise continua à rendre visite à ses sauveteurs tous les étés jusqu’en 1949, et après maintint un contact étroit avec la belle-fille des Lebrun, la femme d’Alfred, jusqu’à son décès en 1997. Rose Wolnerman resta aussi en contact avec Simone Jamard jusqu’à son décès en 1991.

Le 30 mars 2009, l’Institut Yad Vashem Jérusalem a décerné le titre de Justes parmi les Nations à Monsieur Pierre Lebrun et à son épouse Marthe Lebrun, à Madame Germaine Jamard et à sa fille Madame Simone Féran née Jamard.

à gauche Marthe Lebrun et à sa droite sa nièce Christiane Jamard

Boutique de Pierre Lebrun

Denise et Maurice WOLNERMAN

MAI 1944 Denise dans le jardin des LEBRUN

mai 1944 Denise Wolnerman sur les genoux de Marthe Lebrun à Notre Dame de Cenilly

10 juin 2010 à Salbris Simone Jamard Ferran avec son fils Gilbert

Documents annexes

Article de presse - La Nouvelle République du 15/06/2010 Article de presse – La Nouvelle République du 15/06/2010
4 novembre 2016 09:17:53
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
4 novembre 2016 09:16:35
63 ans après la Libération, les retrouvailles 63 ans après la Libération, les retrouvailles
21 mai 2012 14:00:00

Articles annexes