Dossier n°11602A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2009

Blanche Grillet Jousselin

Année de nomination : 2009
Date de naissance : 12/07/1911
Date de décés : 27/08/1963
Profession : agricultrice

Localisation Ville : Chitenay (41120)
Département : Loir-et-Cher
Région : Centre-Val de Loire

L'histoire

GRILLET Blanche-Renée en juin43
Au début de la guerre la famille FIZICKY habitait à Nancy. Les parents étaient tous deux originaires de Pologne. Le père, Chaïm, était venu en France en tant que réfugié politique. Il souhaitait y achever ses études de biologie. Ils se marient, travaillent respectivement comme tailleur et couturière à domicile. Deux enfants naissent : Ilicz en 1933 et Claire en 1935.

La famille est évacuée à Bordeaux et, ensuite, à Libourne. En 1941, ils arrivent à Civray (Vienne). Ils sont arrêtés en juillet 41 mais parviennent à s’échapper. Puis, de nouveau en septembre 42, la mère est arrêtée et envoyée à Drancy d’où elle sera déportée – sans retour –  à Auschwitz.

Le père, étant gravement malade, avait échappé à l’arrestation. Il décide de placer les deux enfants dans des familles à Chitenay (Loir et Cher) avec l’aide d’une parente qui était active dans le sauvetage des enfants.

Illicz est placé chez Mme GRILLET et Claire chez Mme GIRAULT. L’instituteur – qui était également secrétaire de mairie – et sa femme fournissent des fausses identités ; ils sont baptisés pour ne pas éveiller de soupçons (ils reprendront leur religion d’origine après la Libération).

Blanche-Renée GRILLET, dont le mari était prisonnier en Allemagne, avait un fils. Elle a traité Illicz de la même façon que son fils. Les deux garçons aidaient aux travaux de la ferme, s’occupaient des animaux, etc.

A la Libération, Chaïm, qui s’était engagé dans l’armée régulière, est venu rechercher ses enfants après la fin de la guerre.

Le 8 Juillet 2009, l’Institut Yad Vashem de jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Blanche Grillet.

 

GRILLET Blanche-Renée et son fils Gérard en 1955

Documents annexes

Article de presse - La nouvelle république du 17/07/2010 Article de presse – La nouvelle république du 17/07/2010
20 juin 2015 09:57:29

Articles annexes