Dossier n°11747 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2010

Augusta Paquien Chochat

Année de nomination : 2010
Date de naissance : 12/06/1898
Date de décés : 24/10/1976
Profession : Agricultrice

Localisation Ville : Geyssans (26750)
DĂ©partement : DrĂ´me
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

La famille Roffé est originaire de Turquie. René Roffé naît à Lyon en 1934. Lorsqu’il a à peine un an, il perd sa mère et sa sœur âgée de cinq ans. En 1935, René est pris en charge par ses grands-parents maternels, Mordo et Marie Nassi. Au début de la guerre, il est envoyé vivre chez sa tante maternelle, Fanny Karsenty qui habite avec son mari Fernand à Romans sur Isère. René est élevé avec ses cousins Gisèle et Michel.

En novembre 1943, les rafles s’intensifient et toute la famille se cache chez des voisins. Fanny Karsenty décide d’envoyer ses enfants Gisèle et Michel ainsi que René dans des fermes pour y être cachés. Fanny connaît Augusta Paquien, fermière  à Geyssans, qui accepte de prendre René chez elle. René parvient à Geyssans après un trajet de plusieurs kilomètres en montagne. Là, il peut rendre quelques services notamment en gardant les chèvres au printemps.

Augusta Paquien vient de perdre son mari. Elle a quatre fils, l’aîné est maquisard dans le Vercors et deux autres fils travaillent à la ferme. René reste là de novembre 1943 à septembre 1944. Augusta Paquien le fait passer pour son neveu. Il va à l’école publique et à la messe le dimanche.

En 1945, le père de René meurt de tuberculose dans un sanatorium en Savoie.

Après la guerre, René est resté en contact avec Augusta jusqu’à la mort de celle-ci en 1976.

Le 17 Janvier 2010, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le Titre de Juste parmi les Nations à Madame Paquien Augusta.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes