Dossier n°12123 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 2011

Conception Faya Blasquez

Année de nomination : 2011
Date de naissance : 30/11/1905
Date de décés : 20/05/1979
Profession : Ouvrière tricotière

Localisation Ville : Pamiers (9100)
Département : Ariège
RĂ©gion : Occitanie

L'histoire

Conception Faya
Les Mizrahi viennent de Turquie et arrivent en France en 1925 où ils se marient en 1931. Ils habitent à Paris dans le 11ème arrondissement. Le père est employé chez un éditeur et la mère travaille dans la couture. Ils ont deux enfants, Gisèle, née en 1934 et Jacques en 1936.

Le père est arrêté en 1941, conduit à Drancy et déporté par le convoi N° 23 du 24 août 1942. La mère et les enfants se réfugient à Château-Meillant où vit leur tante Barouh. Par la suite, ils sont à leur tour arrêtés, conduits au camp de Nexon, puis au camp de Gurs. C’est là que Madame Mizrahi se lie d’amitié avec Madame Conception Faya, une réfugiée espagnole. Elle est émue par le sort qui est fait aux Juifs. Après sa libération, elle s’installe avec ses quatre enfants à Pamiers et reste en contact avec Madame Mizrahi. La tante Barouh arrive à faire libérer les Barouh (on ignore encore comment elle y est parvenue). La famille commence par se cacher ça et là. Conception Faya propose de les héberger chez elle, dans son petit logement, à Pamiers dans l’Ariège. Les deux femmes, pour subvenir à la vie du petit groupe (deux femmes et neuf enfants), travaillent comme lavandières et comme ouvrières dans une usine de bas et chaussettes. Madame Mizrahi a pour fausse identité « Mizaillier ».

Madame Conception Faya a également hébergé la famille Moreno. Madame Moreno est la sœur de Madame Mizrahi. Conception Faya accepte de prendre le risque d’aller elle-même chercher à Paris les Moreno qui ont pour fausse identité « Moreau ». Angèle, l’aînée de la famille Faya, tient le rôle de mère et s’occupe des plus jeunes. Conception Faya et sa fille Angèle ont manifesté beaucoup de courage et d’abnégation envers ces deux familles et leurs enfants qui ont pu vivre, grâce à elles, en cette période terrible, dans une relative quiétude, les entourant d’affection.

Le 25 mai 2011, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné le titre de Juste parmi les Nations à Madame Conception FAYA.

Documents annexes

Invitation  cérémonie Faya Invitation cérémonie Faya
3 avril 2013 15:00:59

Articles annexes