Dossier n°12132A - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Joseph Caupert

Année de nomination : 2011
Date de naissance : 23/05/1888
Date de décès : 19/05/1950
Profession : Prêtre
    Localisation Ville : Mende (48000)
    Département : Lozère
    Région : Occitanie

    L'histoire

    David et Héla-Zissa Hochman ont émigré de Pologne en France en 1923. Ils s’installent à Metz, où leurs enfants Annie et René naissent. En 1940, avec l’occupation de la France par les Allemands, les Hochman s’enfuient vers Nice, où leur petite fille Gabrielle (Gaby) naît.

    En septembre 1943, quand l’Allemagne occupe les territoires précédemment sous contrôle italien, les Hochman décident de confier leurs enfants à l’OSE (Œuvre de Secours aux Enfants), une organisation humanitaire juive. David et Héla-Zissa trouvent alors une cachette pour eux-mêmes. Mais un jour où Héla-Zissa va voir ses enfants, elle est arrêtée par la Gestapo, déportée à Auschwitz, où elle est assassinée le 2 novembre 1943.

    Les enfants ne sont plus en sécurité et doivent être déplacés. Leur oncle, qui est chrétien parvient à trouver un hébergement pour les deux fillettes dans un orphelinat à Mende dans le département de la Lozère. La Providence dirigée par des sœurs héberge plusieurs membres de la Résistance. Le Père Joseph Caupert, directeur de l’orphelinat et la Mère Supérieure, Sœur Marie-Rose (Augustine Brugeron dans le civil) sont parfaitement au courant qu’Annie et Gaby sont juives et ils gardent le secret. Sœur Marie-Emilienne (Marie Hermantier dans le civil) est la seule à connaître la véritable identité des fillettes et est chargée de cacher Annie en cas de danger. Gaby est sous la responsabilité d’une autre sœur qui ne sait rien de la situation. Annie et Gaby passent quatorze mois à la Providence.

    Après la guerre, David Hochman retrouve ses deux filles et son fils caché ailleurs et les reprend avec lui. Personne n’évoque ce qu’il a vécu pendant la guerre. C’est seulement dans les années 1990 que Gaby commence à évoquer les circonstances de son sauvetage. Avec l’aide d’Aloumim, une association israélienne d’enfants cachés en France que Gaby s’adresse à l’OSE et trouve le nom de l’institution où elle était cachée et découvre des documents administratifs où son nom figure. Elle vient en France et rencontre Sœur Marie-Emilienne. Trois and plus tard, une plaque est dévoilée à Mende qui commémore le sauvetage d’enfants juifs et l’implication de membres de l’institution dans la Résistance.

    Le 21 juin 2011, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné  à Joseph Caupert, Augustine Brugeron (Soeur Marie-Rose) et Marie Hermantier (Soeur Marie-Emilienne), le titre de Juste parmi les Nations.

     Articles annexes

    Les médias externes :







    Mis à jour il y a 9 mois.